Le Haut Commissaire António Guterres se rend au Soudan du Sud et au Soudan

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres se rend au Soudan du Sud ce week-end. Il sera samedi à Juba, la capitale, et visitera un camp de réfugiés à Mabaan dimanche. Il se rendra également au Soudan du 10 au 13 janvier.

Au Soudan du Sud, le HCR appuie le gouvernement de ce pays nouvellement indépendant pour la réintégration de quelque 660 000 rapatriés, y compris 360 000 Soudanais du Sud de retour du Soudan et quelque 300 000 autres qui sont revenus principalement depuis des pays voisins.

Les récents combats dans les Etats du Sud-Kordofan et du Nil Bleu au Soudan ont poussé quelque 75 000 réfugiés soudanais à traverser la frontière vers les Etats d'Unity et du Haut Nil au Soudan du Sud, ainsi que quelque 23 500 autres vers l'Ethiopie. Pour porter assistance aux réfugiés arrivants, le HCR a débuté un pont aérien pour transporter du matériel d'aide vers Malakal et Mabaan. Depuis le 20 décembre, 16 rotations aériennes opérées par des avions cargo ont déjà permis d'acheminer 1 450 tentes familiales, 10 000 kits d'ustensiles de cuisine, 18 000 couvertures, 18 000 jerrycans , des bâches en plastique, des nattes de couchage, des moustiquaires et d'autres articles de secours essentiels. Le pont aérien se poursuit et davantage d'aide est nécessaire.

Parallèlement, au Soudan du Sud, des affrontements inter ethniques ayant récemment éclaté dans l'Etat de Jonglei entre les ethnies Lou Nuer et Murle ont causé des déplacements de population majeurs.

Mardi, António Guterres s'envolera pour Khartoum, la capitale du Soudan d'où il devrait se rendre à Kassala à l'est du Soudan, qui est le théâtre de l'une des situations de réfugiés prolongées parmi les plus anciennes au monde. Quelque 70 000 réfugiés - d'origine érythréenne pour la plupart - résident dans 12 camps. Les réfugiés et la communauté locale hôte sont confrontés à des épreuves similaires : pauvreté extrême, sécheresse et risque de famine, manque d'accès aux soins de santé et à l'éducation, dégradation des sols et taux de chômage élevé. António Guterres discutera avec les autorités sur des programmes visant à améliorer l'autosuffisance.

En plus des 70 000 réfugiés, on observe un afflux régulier de quelque 1 700 demandeurs d'asile par mois, pour la plupart depuis l'Erythrée.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • A Khartoum, Soudan : Vivian Tan, portable +249 912 307 489
  • A Juba, Soudan du Sud : Mireille Girard, portable + 249 927 770 050