Des centaines de civils déracinés par les attaques de la LRA en RDC

De nouvelles attaques menées par les rebelles de la LRA ont déraciné plus de 1200 personnes et causé deux morts ce mois-ci, au nord de la RDC.

Une femme déplacée congolaise porte un sac d'articles non alimentaires distribués par le HCR à Dungu.  © HCR/Marc Hofer

DUNGU, République démocratique du Congo, 30 mars (HCR) - La poursuite des attaques menées par la LRA ont déplacé plus de 1200 personnes et en ont tué deux autres dans le nord-est de la République démocratique du Congo ce mois-ci. Cela porte le nombre connu des personnes déplacées dans la Province orientale cette année à plus de 4200, mais ce chiffre pourrait être plus élevé encore.

Les pays voisins, le Soudan du Sud et la République centrafricaine, ont également été affectés par la violence de la LRA, un violent groupe rebelle ougandais qui est traqué par diverses forces armées dans en Afrique centrale.

« Depuis notre point de presse du 6 mars, il y a eu 13 nouvelles attaques commises par la LRA dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). La plupart sont survenues dans le territoire de Dungu entre le 6 et le 28 mars », a indiqué une porte-parole du HCR vendredi.

« Deux personnes ont été tuées et 13 autres ont été enlevées, y compris un enfant de la ville d'Aba. La violence a forcé au déplacement plus de 1160 personnes dans la zone de Dungu », a-t-elle ajouté. «Beaucoup d'autres pourraient être déplacés, mais nous n'avons pas les chiffres [précis] car nous n'avons pas accès à de nombreuses zones », a indiqué Céline Schmitt, chargée des affaires extérieures au HCR à Dungu, vendredi.

Elle a indiqué que, selon d'autres informations, des attaques ont aussi été menées par ce groupe rebelle ougandais à Bondo, près de la frontière avec la République centrafricaine (RCA). Le HCR aide les personnes qui ont trouvé abri dans et autour de Dungu.

Le HCR et le Programme alimentaire mondial a distribué de l'aide à 200 familles, soit environ 1000 personnes déplacées en mars, à Dungu jeudi. L'aide du HCR comptait notamment des bâches en plastique, des nattes de couchage, des ustensiles de cuisine, des moustiquaires et des jerrycans.

En RCA, les attaques attribuées à la LRA ont repris en janvier après une accalmie depuis avril 2011. 11 attaques de la LRA ont été enregistrées dans le sud-est du pays cette année. Huit attaques ont eu lieu près des villes de Zemio et Mbocki, où le HCR porte assistance aux populations réfugiées et déplacées internes.

Quatre personnes ont été tuées durant ces attaques et 31 autres ont été enlevées, selon les forces de défense et de sécurité de la République centrafricaine.

La situation de sécurité dans le sud-est de la République centrafricaine reste extrêmement fragile. Une exception concerne la ville d'Obo, où la situation s'est améliorée avec la présence de troupes américaines déployées en octobre dernier pour renforcer les efforts des forces armées conjointes RCA-Ouganda dans leur combat contre la LRA et ses chefs.

Selon notre personnel sur le terrain, des patrouilles autour d'Obo effectuées par les deux armées nationales et appuyées par des conseillers militaires américains ont permis aux autorités locales d'assurer la sécurité dans un rayon de 25 kilomètres autour d'Obo, en comparaison de 5 kilomètres auparavant quand les patrouilles avaient été instituées. Un périmètre de sécurité étendu permet aux habitants de s'occuper de leurs fermes.

La LRA mène également des attaques éclair au Soudan du Sud. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en 2011 ces attaques ont causé la mort de 18 personnes, en ont blessé neuf et ont abouti à 49 enlèvements et 7 382 personnes déplacées internes.

Aucune attaque connue menée par la LRA n'a eu lieu au Soudan du Sud cette année, toutefois le HCR reçoit régulièrement de nouveaux groupes de réfugiés fuyant les attaques en RDC et en République centrafricaine. Les Etats de l'Ouest- et du Centre-Equateur au Soudan du Sud hébergent désormais plus de 22 000 réfugiés originaires de ces deux pays voisins, y compris plus de 700 nouveaux arrivants cette année.

Le Soudan du Sud se prépare à accueillir les forces de l'Union africaine pour coordonner un effort régional et éliminer les menaces de la LRA.

Le HCR se félicite des initiatives sans précédent au niveau régional et international visant à mettre fin aux atrocités commises par la LRA en RCA, en RDC et au Soudan du Sud. L'agence pour les réfugiés exhorte tous les parties concernées à respecter les droits humains et à minimiser le risque pour les populations civiles.

Des attaques aveugles menées par la LRA contre les civils dans ces trois pays ont généré environ 440 000 personnes déplacées internes or réfugiées. Quelque 335 000 d'entre elles se trouvent dans la seule RDC.

Le HCR travaille avec les autorités locales, d'autres agences des Nations Unies ainsi que des organisations non gouvernementales pour aider les otages qui se sont échappés ou qui ont été récupérés des mains de la LRA. Certains survivants ont indiqué au personnel du HCR que, durant leur captivité, ils ont été torturés avant d'être utilisés comme porteurs. D'autres ont également été témoins du meurtre de leurs proches.