Le HCR lance une mise en garde sur un manque de fonds pour aider les réfugiés syriens

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 20 avril 2012 au Palais des Nations à Genève.

Un mois après que l'Organisation des Nations Unies et ses partenaires humanitaires aient lancé un appel de fonds d'un montant de 84 millions de dollars pour aider les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Turquie et en Iraq, moins de 20% des fonds ont été reçus. Sur les 34 institutions qui ont demandé des fonds dans le cadre du Plan d'action régional pour les réfugiés syriens, seuls huit ont obtenu à ce jour un financement qui s'élève à 15,6 millions de dollars.

Les agences qui fournissent une aide vitale ont besoin de fonds pour pouvoir répondre aux besoins humanitaires urgents. Selon le HCR et ses partenaires dans la région, à la fois les réfugiés et les pays qui les accueillent commencent à montrer des signes d'essoufflement. De nombreux réfugiés arrivent avec peu ou pas de ressources. Ils dépendent donc essentiellement des efforts de la communauté hôte ou des organisations engagées à leur assurer une aide.

Plus de 61 000 réfugiés syriens reçoivent une assistance dans la région (au Liban : 21 000, en Jordanie : 13 751, en Turquie : 23 971 et en Iraq : 2 376). Sur ce nombre, plus de 45 000 d'entre eux ont été enregistrés par les autorités et le HCR. Ces pays appliquent tous une politique de frontières ouvertes pour les réfugiés syriens.

Malgré le manque de fonds, l'ONU et ses partenaires continuent de mettre en oeuvre des programmes essentiels pour aider les réfugiés et appuyer leurs communautés hôtes.

Les programmes menés par le HCR incluent l'acheminement de tentes et de couvertures vers la Turquie par un pont aérien, un programme d'aide financière en espèces en Jordanie, des programmes pour l'identification des personnes les plus vulnérables en Jordanie et au Liban ainsi que pour la réhabilitation de maisons et de centres communautaires en Jordanie et au Liban.

Les enfants sont particulièrement affectés par la crise. Beaucoup montrent des signes de traumatisme et de profonde détresse. En Turquie, en Jordanie et au Liban, les gouvernements encouragent activement la scolarisation des enfants. L'UNICEF finance des programmes d'éducation, du soutien psychosocial et des espaces de jeux pour les enfants en Jordanie et au Liban.

La nourriture et les articles ménagers de première nécessité sont une source importante de préoccupation pour de nombreux réfugiés qui ont peu ou pas de ressources financières. Le HCR a fourni de la nourriture et des articles domestiques à plus de 30 000 Syriens en Jordanie et au Liban. Le PAM fournit une aide alimentaire aux réfugiés en Jordanie et a conclu un accord pour commencer les opérations au Liban.

De nombreuses ONG, comme Caritas, Jordan Health Aid Society et International Medical Corps, assurent des soins de santé aux réfugiés syriens en Jordanie et au Liban. L'UNICEF assure des vaccinations et des soins de santé. Les ONG jouent également un rôle important dans la communication avec la communauté.

Le Plan d'action régional pour les réfugiés syriens présente le travail à effectuer en réponse aux besoins des réfugiés syriens qui ont fui le pays depuis mars 2011. Le plan est un cadre inter agence dirigé par le HCR et il résulte d'un effort coordonné entre sept agences des Nations Unies, 27 ONG nationales et internationales ainsi que les gouvernements des pays hôtes.