Des réfugiés angolais quittent la Namibie pour rentrer chez eux avant l'échéance de juin

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 18 mai 2012 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a organisé ce mardi le rapatriement librement consenti de réfugiés angolais de la Namibie dans le cadre de ses efforts visant à faciliter le retour du plus grand nombre possible de réfugiés angolais avant l'expiration de leur statut de réfugié à la fin juin.

Un convoi de 108 réfugiés angolais a quitté mardi le camp de réfugiés d'Osire, dans le nord de la Namibie. Beaucoup d'entre eux vivaient en Namibie depuis près de 20 ans. Certains étaient nés en Namibie et n'avaient jamais mis les pieds en Angola. Ils sont arrivés hier, après un voyage de trois jours.

Plus tôt cette année, le HCR a recommandé l'invocation des clauses de cessation du statut de réfugié au 30 juin 2012 pour les réfugiés angolais qui ont fui pendant la guerre d'indépendance en Angola (1961-1975) la guerre civile qui s'est ensuivie (1975-2002). La cessation est invoquée, car la situation en Angola a fondamentalement changé. La paix et la stabilité sont revenues et la plupart des réfugiés angolais sont d'ores et déjà rentrés chez eux.

Alors que seulement 28 réfugiés angolais en Namibie ont choisi d'être rapatriés l'an dernier, ils sont désormais plus de 3 000 à s'être enregistrés pour un rapatriement d'ici le 30 juin.

Le HCR offre aux réfugiés un don en espèces avant leur départ de Namibie. Le Programme alimentaire mondial leur a pour sa part distribué de la nourriture pour trois mois. Le gouvernement namibien a également fait don de camions pour transporter leurs biens vers l'Angola.

Une fois en Angola, les rapatriés reçoivent des papiers d'identité et des forfaits de réinsertion fournis par le gouvernement angolais.

Cette année, près de 40 000 réfugiés angolais dans le centre et le sud de l'Afrique se sont enregistrés auprès du HCR pour un rapatriement librement consenti vers l'Angola.

Depuis que le HCR a repris les opérations de rapatriement à grande échelle vers l'Angola l'année dernière, plus de 10 500 réfugiés ont quitté la République démocratique du Congo, la République du Congo, la Zambie, le Botswana et la Namibie pour rentrer chez eux.

On compte quelque 130 000 réfugiés angolais toujours en exil, principalement dans les pays voisins. C'est la République démocratique du Congo qui en accueille le plus grand nombre, soit 78 144, suivi de la Zambie (23 520), de la Namibie (4 322), de l'Afrique du Sud (5 800), de la République du Congo (996) et du Botswana (500). D'autres pays accueillent aussi des réfugiés, mais en plus petit nombre.

Le HCR travaille avec les gouvernements d'accueils pour examiner la possibilité d'une intégration locale pour les réfugiés angolais restants incapables de rentrer chez eux ou qui refusent de le faire parce qu'ils ont des liens étroits avec leur pays d'asile.