Le HCR renforce sa présence dans le complexe des camps de réfugiés à Dadaab

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 25 mai 2012 au Palais des Nations à Genève.

Dans le cadre de nos efforts pour assurer la continuité des services vitaux au bénéfice de plus de 460 000 réfugiés dans le complexe de camps de réfugiés de Dadaab, au nord-est du Kenya, nous avons ouvert hier (jeudi 24 mai) un nouveau bureau dans cette partie du pays.

Dadaab est le plus important camp de réfugiés au monde et il s'étend sur une superficie de plus de 50 kilomètres carrés.

Le nouveau bureau, qui a été ouvert en présence des autorités kényanes, s'appelle Alinjugur et il est situé dans le district de Fafi, à environ 80 kilomètres de la frontière somalienne et environ 20 kilomètres du principal complexe de bureaux du HCR à Dadaab. Depuis hier, Alinjugur accueille du personnel du HCR, d'autres agences et d'ONG. Les équipes basées à Alinjugur couvriront les sites d'Hagadera et de Kambioos, qui accueillent environ 150 000 réfugiés somaliens.

Le bureau d'Alinjugur nous permettra d'être plus proches des communautés réfugiées et, par conséquent, de fournir de meilleurs services aux réfugiés et aux communautés hôtes. Son ouverture résulte de pourparlers et d'une coopération avec les autorités kényanes pour décongestionner les camps et pour accroître la présence du HCR et d'autres organisations humanitaires sur le terrain. De plus, nous travaillons étroitement avec la communauté hôte pour aider à améliorer la coexistence avec les réfugiés.

Nous sommes confiants que le nouveau développement nous permettra d'élargir l'espace humanitaire et de faciliter les opérations.

La sécurité est un défi majeur à Dadaab depuis les six derniers mois, réduisant nos opérations sur le terrain. La situation reste complexe et tendue alors que les menaces posées par les engins explosifs improvisés, les enlèvements, les détournements de véhicules et le banditisme restent élevées.

A Dadaab, les réfugiés bénéficient de protection, d'abri et d'assistance humanitaire depuis deux décennies souvent dans des circonstances difficiles et complexes. Les conditions de surpeuplement chroniques, le risque d'épidémies et les inondations saisonnières font partie de ces défis.