Le HCR s'attend à un afflux plus important, davantage de Syriens fuient vers la Jordanie

Environ 10 200 personnes sont arrivées à Za'atri la semaine dernière. Selon les réfugiés, davantage encore attendent de passer la frontière.

Un jeune enfant au camp de Za'atri en Jordanie. Sa famille a fui la violence à Daraa en Syrie.   © HCR/A.Eurdolian

GENÈVE, 28 août (HCR) - L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré mardi que le rythme des arrivées en provenance de la frontière syrienne vers le camp de Za'atri, au nord de la Jordanie, a doublé au cours de la dernière semaine.

Melissa Fleming, la porte-parole en chef du HCR, a déclaré aux journalistes à Genève qu'environ « 10 200 personnes sont arrivées ces sept derniers jours entre le 21 et le 27 août, par rapport à 4500 la semaine précédente. » Elle a ajouté que plus de 22 000 personnes sont désormais hébergées au camp de Za'atri depuis son ouverture le 30 juillet dernier.

« Les réfugiés nous ont signalé que plusieurs milliers de personnes attendent de traverser la frontière après avoir fui la violence autour du [gouvernorat de] Daraa et nous pensons que cela pourrait être le début d'un afflux beaucoup plus important. Certains de ceux ayant traversé ces derniers jours - notamment vendredi - disent avoir été bombardés par l'aviation. D'autres font également état de bombardements terrestres, de tirs de mortiers et d'autres armes. »

La plupart du temps, les réfugiés traversent la frontière de nuit et ils sont directement transférés vers le camp de Za'atri par l'Organisation internationale pour les migrations et l'armée jordanienne. Quelque 1147 réfugiés sont arrivés lundi matin et ils ont été suivis par 1400 autres pendant la nuit et mardi matin tôt.

La plupart des personnes arrivées au cours de la semaine écoulée venaient de Daraa. De nombreux réfugiés ont déclaré avoir été déplacés jusqu'à cinq ou six fois à l'intérieur de la Syrie avant de s'enfuir du pays.

« Nous avons reçu au camp la semaine dernière davantage d'enfants non accompagnés. Certains enfants expliquent que leurs parents sont morts, ou qu'ils restent en Syrie pour s'occuper de leurs proches, ou qu'ils travaillent dans d'autres pays », a indiqué Melissa Fleming. « D'autres, qui n'ont pas de passeport, ont dit avoir été envoyés à l'avance par leurs parents qui suivront plus tard », a ajouté la porte-parole du HCR.

Le HCR, aux côtés de la Jordan Hashemite Charity Organization, fait son possible pour répondre aux besoins humanitaires de la population réfugiée en pleine expansion au camp de Za'atri en fournissant l'hébergement, la nourriture, l'eau et les soins de santé.

Le personnel de l'agence pour les réfugiés procède au montage de davantage de tentes encore et à l'agrandissement du camp, en déposant sur le sol une couche de gravier fin pour aider à limiter la poussière sur le site. Des camions ont été envoyés à partir d'un entrepôt régional de Zarqa pour augmenter les stocks de tentes et de couvertures.

Le rythme rapide des arrivées a affecté les efforts visant à améliorer les conditions de la population existante, mais le travail continue dans ce sens.

Melissa Fleming a indiqué que, parallèlement, les opérations du HCR au Liban revenaient à la normale, grâce à l'amélioration de la situation sécuritaire ces derniers jours. « Notre centre d'enregistrement à Tripoli a rouvert ses portes et les réfugiés peuvent à nouveau se faire enregistrer. La distribution de biens de secours dans le nord du pays a été perturbée mais, avec la réouverture de la route du nord ce week-end, nos camions peuvent désormais acheminer des articles de secours vers les points de distribution du HCR à Qobbayat », a-t-elle ajouté.

Dans la plaine de la Bekaa, les visites sur le terrain pour la distribution d'articles de secours et l'enregistrement ont repris. Avec la rentrée scolaire toute proche, le HCR fait son possible pour trouver d'autres lieux d'hébergement pour les familles réfugiées vivant actuellement dans les écoles. Dans le nord, le HCR a trouvé un autre centre d'hébergement pour les familles vivant dans des écoles opérationnelles. A travers tout le Liban, plus de 53 000 personnes ont été enregistrées par le HCR ou ont des rendez-vous avec l'agence pour être enregistrées.

En Syrie, il est également urgent de trouver d'autres lieux d'hébergement pour le nombre croissant de personnes déplacées se trouvant dans les écoles rouvrant le mois prochain. Les autorités locales finalisent une liste de centres d'hébergement collectif et le HCR se tient prêt à réhabiliter des bâtiments pour y loger des personnes déplacées.

En Syrie, des personnes déplacées ont trouvé abri dans 350 écoles, selon les autorités estimant que plus d'un million de personnes ont trouvé refuge dans d'autres bâtiments publics. Pour les personnes nouvellement déplacées, les besoins les plus urgents concernent la nourriture, des vêtements, des matelas, des couvertures, des draps et l'accès à de meilleurs équipements sanitaires.

« En dépit de l'escalade du conflit en Syrie, nos opérations se poursuivent dans ce pays », a ajouté Melissa Fleming. « Nos permanences téléphoniques et des services d'aide psychologique sont des outils essentiels pour rester en contact avec les personnes déplacées et leur offrir un soutien, alors que nos déplacements sont limités en raison de la situation sécuritaire. »

En Iraq voisin, le point de passage frontière d'Al-Qaem est fermé depuis le 16 août et il n'y a pas eu d'augmentation du nombre de réfugiés syriens, qui s'élève à 15 898. Alors que les points de passage frontière d'Al-Waleed et Rabiya restent ouverts, le HCR plaide actuellement auprès des autorités pour que le point de passage frontière d'Al-Qaem soit rouvert.

En Turquie, le nombre de Syriens arrivant à la frontière a augmenté de façon spectaculaire. Par rapport aux semaines précédentes où 400 à 500 arrivées étaient observées chaque jour, jusqu'à 5000 personnes par jour ont traversé la frontière ces deux dernières semaines.

« Au cours des dernières 24 heures, plus de 3000 Syriens auraient traversé la frontière vers la Turquie, avec 7000 autres personnes s'apprêtant à traverser la frontière dans les prochains jours », a indiqué Melissa Fleming. Les 3000 récents arrivants ont franchi la frontière à Kilis, Yayladagi et Reyhanli. Un nouveau camp, Karkamis dans la province Gaziantel, a été ouvert et la plupart des nouveaux arrivants y sont transférés.

Les autorités turques s'apprêtent à ouvrir 5 à 6 camps supplémentaires, pour une capacité totale allant jusqu'à 150 000 personnes. Le HCR et ses partenaires fournissent un appui technique et de l'aide. Un pont aérien du HCR visant à acheminer des tentes est arrivé à Adana tôt ce matin. « Davantage d'aide internationale est essentielle afin de soutenir les efforts de la Turquie pour faire face à l'arrivée de nombreux réfugiés syriens y cherchant refuge », a ajouté la porte-parole du HCR.