Dans une situation tendue, des milliers de personnes fuient la ville portuaire somalienne de Kismayo

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 21 septembre 2012 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR suit de près la situation autour de la ville portuaire somalienne de Kismayo où des milliers d'habitants fuient la ville en prévision des activités militaires et de nouveaux affrontements.

Ce mois-ci, plus de 10 000 personnes ont déjà fui Kismayo, craignant une reprise des combats. Les mouvements ont sensiblement augmenté lundi et se sont poursuivis depuis. Quelque 7 500 personnes ont fui la région au cours des quatre derniers jours dans une situation de tensions croissantes.

La plupart des Somaliens déplacés quittent Kismayo et ses environs en minibus. Les familles les plus pauvres entreprennent le voyage dans des camions et des camionnettes, pour certains, en charrettes tirées par des ânes.

La majorité des personnes déplacées se dirigent vers des villages situés dans d'autres régions du district de Kismayo, ainsi que des villages des districts voisins de Jilib et Jamame. Certains fuient également vers Mogadiscio et les camps de réfugiés de Dadaab.

Selon nos partenaires sur le terrain, la plupart des personnes qui fuient Kismayo disent qu'elles ont l'intention d'y retourner dès que la situation se sera stabilisée. Certaines informations évoquent des attaques et des pillages sporadiques menés par les milices. Les personnes déplacées avaient également peur d'être prises dans les échanges de tirs et d'éventuelles attaques de représailles menées par des groupes armés opérant dans la ville.

Pendant ce temps en Éthiopie, quelque 200 à 300 Somaliens continuent d'arriver au camp de Dollo Ado chaque semaine. Ils sont principalement originaires des régions de Gedo, Bakool et Bay. La plupart des nouveaux arrivants continuent à évoquer l'insécurité, les combats continuels et la peur du recrutement forcé en Somalie comme étant les principales raisons les ayant poussés à fuir leur foyer.

Après deux décennies de conflits et de violences, la Somalie reste l'une des pires crises humanitaires dans le monde entier, générant le plus grand nombre de réfugiés après l'Afghanistan et l'Iraq.

Aujourd'hui, plus d'un million de Somaliens sont réfugiés dans les pays voisins. 1,3 million de personnes supplémentaires sont déplacées en Somalie.