Appel de fonds supplémentaire de 295 millions de dollars pour aider les réfugiés syriens

Ce nouvel appel ajouté au précédent porte les fonds recherchés à 487,9 millions de dollars pour l'aide aux réfugiés syriens, au nombre estimé de 700 000 fin 2012.

Une réfugiée syrienne porte son enfant dans le camp de Za'atri, en Jordanie, où les besoins sont nombreux.   © HCR/S.Malkawi

GENÈVE, 27 septembre (HCR) - Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires ont appelé les donateurs à des contributions supplémentaires de 295 millions de dollars pour les opérations d'aide à des centaines de milliers de réfugiés syriens.

L'appel de fonds révisé couvre les besoins humanitaires pour un nombre estimé à 700 000 réfugiés arrivés dans les pays voisins pour la fin 2012. Il porte le montant recherché de 193,2 millions de dollars auparavant à un total de 487,9 millions de dollars. A ce jour, 141,5 millions de dollars ont été reçus de la part des donateurs pour le Plan d'action régional pour les réfugiés syriens.

On compte 294 000 réfugiés syriens enregistrés ou en attente de l'être dans les pays voisins, en comparaison de 41 500 Syriens au mois de mars dernier, quand le HCR et ses partenaires avaient publié un premier appel de fonds s'élevant à 84,1 millions de dollars. Le nombre des réfugiés syriens qui s'est multiplié par sept nécessite une plus grande aide humanitaire et un plan d'action considérablement élargi pour répondre aux besoins des réfugiés syriens ainsi que des nouveaux arrivants.

Chaque jour, 2 000 à 3 000 réfugiés traversent la frontière vers les pays voisins. « De nombreux réfugiés arrivent seulement avec les vêtements qu'ils portent sur eux ce jour-là », a indiqué Panos Moumtzis, Coordonnateur régional du HCR pour les réfugiés syriens. « Certains ont été déplacés plusieurs fois avant de quitter la Syrie. Ils ont besoin d'une assistance humanitaire dès le premier jour de leur exil. »

La violence continue en Syrie a poussé les agences d'aide humanitaire à se préparer à une hausse du nombre des réfugiés, tout en prenant en compte l'impact sur les pays et les communautés accueillant des réfugiés. Alors que l'appel de fonds publié en mars se basait sur un nombre estimé de 100 000 Syriens devenus des réfugiés à la fin 2012, ce nombre a été dépassé en juillet. Cet appel de fonds supplémentaire se base désormais un nombre estimé de 700 000 réfugiés syriens arrivés dans les pays voisins au 31 décembre.

« La Jordanie, le Liban, l'Iraq et la Turquie montrent l'exemple, en maintenant leurs frontières ouvertes pour les Syriens qui fuient la violence. Les pays voisins ne peuvent pas faire cela seuls. La communauté internationale doit continuer à faire preuve de solidarité », a souligné Panos Moumtzis.

Des agences humanitaires ont intensifié leur programme d'assistance en réponse à l'augmentation du nombre et des besoins des réfugiés, avec une notion d'urgence accrue à l'approche de l'hiver. La moitié de la population des réfugiés syriens vivent dans des camps de réfugiés, la majorité dans des tentes.

Le camp de Za'atri a ouvert à la fin juillet et, aujourd'hui, environ 32 000 réfugiés syriens y sont hébergés. Parallèlement, en Iraq, le camp de Domiz dans le nord du pays accueille plus de 27 000 réfugiés syriens. En Turquie, qui assume la responsabilité totale pour les camps de réfugiés, la vaste majorité des réfugiés - près de 88 000 - vivent dans 13 camps.

Au Liban, la plupart des réfugiés vivent dans des appartements loués ou dans des familles. Alors que des réfugiés continuent d'arriver, l'inquiétude grandit concernant une éventuelle pénurie de logements disponibles. En Jordanie, plus de la moitié de la population réfugiée vit dans des appartements loués ou au sein de familles d'accueil. Toutefois les nouveaux arrivants doivent vivre dans le camp.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) appuie la distribution de nourriture aux Syriens dans les camps et parmi les communautés d'accueil dans les quatre pays voisins de la Syrie.

« Les besoins humanitaires, tout spécialement alimentaires, croissent, alors que des Syriens continuent d'arriver par milliers dans les pays voisins », a indiqué Edward Kallon, le Coordonateur régional du PAM pour les opérations d'aide d'urgence aux réfugiés. « Le PAM travaille à couvrir les besoins alimentaires des réfugiés en Iraq, en Jordanie, au Liban et en Turquie avec des distributions de nourriture, de repas chauds et un programme innovant de bons d'échange pour l'aide alimentaire. »

Les femmes et les enfants représentent 75% de la population réfugiée. L'éducation et les soins de santé sont les deux priorités dans le plan d'action. « C'est une course contre la montre pour assurer que tous les enfants réfugiés syriens sont scolarisés, suffisamment vaccinés et habillés en prévision de l'hiver qui arrive vite », a indiqué Maria Cavilis, Directrice régionale de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. « L'UNICEF s'apprête à fournir cette aide mais ce qui manque, c'est le financement. »

Le Plan d'action régional révisé inclue 42 ONG nationales et internationales, qui étaient représentées, à la conférence pour le lancement de l'appel de fonds révisé, par Michael Penrose, Directeur humanitaire pour Save the Children International.

« Les ONG sont au premier rang dans la fourniture d'assistance humanitaire aux réfugiés et aux communautés hôtes à travers la région, mais nous avons besoin de bien davantage de soutien pour gérer le nombre de réfugiés, qui augmente chaque jour », a indiqué Michael Penrose.