Plus de 25 000 réfugiés sont rentrés depuis le Congo depuis mai dernier.

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 2 octobre 2012 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a aidé plus de 25 000 Congolais à rentrer dans leurs villages d'origine dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC) depuis le Congo voisin dans le cadre d'un programme de rapatriement volontaire qui a été lance en mai dernier.

Le cap des 25 000 rapatriés a été passé vendredi dernier (le total des personnes aidées à rentrer par le HCR s'élève à ce jour à 25 696). Le HCR espère rapatrier encore 24 000 autres réfugiés, pour la plupart depuis la province Equateur, de l'autre côté du fleuve Oubangui vers la RDC d'ici la fin 2012, et encore 32 000 personnes l'année prochaine.

Actuellement, plus de 100 000 réfugiés congolais se trouvent toujours au Congo. Il vivent dans des régions isolées le long du fleuve depuis les affrontements ethniques dans la province Equateur en 2009.

Au pic de la crise, environ 143 000 Congolais avaient fui leur village en quête de sécurité dans les pays voisins - 123 000 vers le Congo et 20 000 vers la République centrafricaine - lorsque des affrontements ont éclaté sur les conditions d'exercice du droit de pêche et d'agriculture traditionnels entre les communautés Munzaya et Enyele.

Par ailleurs, 100 000 autres Congolais avaient été déplacés à l'intérieur de la province Equateur mais la plupart sont rentrés chez eux dès que la situation s'est améliorée. Quelques milliers de réfugiés sont alors rentrés par leurs propres moyens depuis le Congo et la République centrafricaine.

Le HCR a accéléré le rythme des retours depuis juillet, en ajoutant un second convoi chaque semaine pour faire traverser la rivière et les ramener chez eux. Les rapatriés ont affirmé au personnel du HCR qu'ils sont convaincus que la situation de sécurité s'est améliorée alors que les parents disent qu'ils veulent rentrer pour inscrire leurs enfants en école primaire.

En plus du kit d'aide fourni à chaque famille à l'arrivée, le HCR et d'autres organisations humanitaires ont initié des activités pour la réintégration, tout spécialement dans les territoires Libenge et Kungu, pour aider à assurer un retour durable. A ce jour, et avec un budget limité, le HCR et ses partenaires ont distribué 700 kits d'abri pour les rapatriés spontanés et ils ont également construit 350 abris et 12 puits pour les familles les plus vulnérables ainsi que des écoles primaires. Des campagnes de sensibilisation ont été menées pour assurer une coexistence pacifique entre les différentes communautés.

L'Equateur est l'une des provinces les plus reculées du pays, manquant de structures et d'infrastructures socio-économiques essentielles. Le HCR a appelé les acteurs de développement à l'aider au renforcement des activités de réintégration.