La cantatrice Barbara Hendricks fête 25 ans de dévouement au HCR

Le chef et le personnel du HCR rendent hommage à la célèbre soprano pour ses 25 ans de service auprès de l'agence et de la cause des réfugiés dans le monde.

Le Haut Commissaire António Guterres remet à Barbara Hendricks une sculpture commémorative en bronze pour marquer ses 25 ans de service auprès du HCR.   © HCR/S.Hopper

GENÈVE, 31 octobre (HCR) - Le chef du HCR António Guterres a rendu hommage mercredi à la célèbre cantatrice soprano Barbara Hendricks pour ses 25 ans de service auprès du HCR à défendre la cause des réfugiés dans le monde.

« Vous êtes une personnalité incontournable dans le domaine humanitaire et de la défense des droits humains », a indiqué le Haut Commissaire pour les réfugiés António Guterres lors d'une cérémonie avec le personnel du HCR à Genève. « L'autorité naturelle de votre voix est un instrument précieux pour notre lutte », a-t-il ajouté, avant de remettre à Barbara Hendricks une sculpture en bronze.

« Vingt-cinq ans - c'est une longue période. La défense de la cause des réfugiés fait partie intégrante de ma vie, et ce depuis ma toute première mission », a indiqué Barbara Hendricks, ajoutant que c'est un honneur pour elle de travailler pour le HCR. Elle a rendu hommage aux réfugiés qui sont pour elle une source d'inspiration ainsi qu'au personnel du HCR qui les aide. « Je vous remercie tant. C'est un voyage merveilleux que j'espère prolonger aussi longtemps que je pourrai. »

Barbara Hendricks est une ardente défenseure de la cause des réfugiés depuis 25 ans, montrant autant d'énergie et de passion aujourd'hui qu'en 1987 lorsqu'elle est devenue Ambassadrice de bonne volonté du HCR. En 2002, elle a été nommée Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR en reconnaissance de son dévouement sans précédent pour le HCR.

Au fil des ans, cette citoyenne américaine d'origine suédoise a rencontré, dans le cadre des opérations du HCR à travers le monde, des milliers de personnes déracinées ainsi que des travailleurs humanitaires qui leur viennent en aide. Elle a également travaillé sans relâche pour plaider auprès des dirigeants politiques et d'autres personnalités de haut rang au nom des réfugiés, des demandeurs d'asile, des personnes déplacées et des apatrides.

Sa détermination inébranlable a porté ses fruits en coulisse alors que ses visites sur le terrain ont redonné espoir aux personnes déracinées. Ses concerts, en jazz et en musique classique, ont aidé à recueillir des fonds et à sensibiliser l'opinion publique sur des enjeux majeurs. Barbara Hendricks utilise un terme musical pour décrire son tempo humanitaire - allegro con fuoco - ou rapide comme le feu.

Son propre cheminement, dans la compréhension et la compassion, avait commencé aux Etats-Unis durant la ségrégation raciale des années 1940 au sud du pays. Barbara Hendricks avait alors été témoin de violations de droits humains semant la terreur et limitant les possibilités pour les gens comme elle-même à ce moment-là. Grâce à son succès, elle a fait de la lutte contre l'injustice une partie intégrante de sa vie, à la fois en tant qu'artiste et qu'être humain.

« Je me suis juré d'essayer de supprimer l'ignorance et de changer les idées fausses sur les réfugiés », a déclaré Barbara Hendricks, dont la première mission sur le terrain pour le HCR était en Zambie en 1987. Elle a souligné que « parce que les problèmes des réfugiés sont d'ordre politique, les solutions pour les réfugiés sont aussi politiques et elles ne peuvent être trouvées sans volonté politique. » Elle a constaté qu'elle pouvait devenir une voix pour les réfugiés afin de tenter d'influencer le changement politique et d'aider à trouver des solutions.

Elle a aussi beaucoup d'admiration pour les gens qui travaillent au HCR ainsi que leur travail difficile. « Nous sommes le camion de pompier qui arrive quand le feu est en train de s'éteindre. Il y a eu un incendie dans la maison, il a tout brûlé et nous allons essayer de faire renaître quelque chose des cendres. »

Barbara Hendricks a effectué sa plus récente mission sur le terrain en juillet dernier auprès des réfugiés maliens au Burkina Faso. Elle a déclaré que cela l'avait « enrichie d'apprendre à connaître des membres du personnel du HCR qui sont si dévoués et qui se sacrifient tant, parfois même au prix de leur vie. » L'un de ses amis les plus proches au HCR était Sergio Viera de Mello, qui a perdu la vie lors d'un attentat à la bombe contre le bureau des Nations Unies à Bagdad en 2003.

Ce n'est pas d'avoir dépassé le cap des 25 ans qui va ralentir les efforts de l'Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR. Elle a déclaré avoir beaucoup profité personnellement de cette association forte. « La façon dont je vois la vie et la politique a été fortement affectée par des rencontres avec les réfugiés, cela m'a enseigné l'humilité. L'envie d'être humanitaire doit partir du coeur, au sein de votre propre environnement. Vous ne pouvez pas parler des droits de l'homme au sens politique, si vous ne les avez pas vécus dans votre propre vie. »

Mercredi soir, elle sera l'invitée d'honneur d'un dîner près de Genève organisée par le Club diplomatique de Genève. Barbara Hendricks et António Guterres s'exprimeront sur le thème « des défis mondiaux actuels et de la réponse du HCR ». Elle passera également en revue ses 25 ans auprès de l'agence pour les réfugiés.