Afflux sans précédent de réfugiés syriens dans les pays voisins ; manque de financement pour l'ONU

Environ 9000 Syriens auraient fui ces dernières 24 heures, la majorité vers la Turquie. 2 000 autres ont été enregistrés et ont reçu une aide en Jordanie et au Liban.

Des réfugiés syriens rejoignent un lieu en sécurité dans un pays voisin.  © HCR/S.Malkawi

GENÈVE, 9 novembre (HCR) - Le HCR a annoncé vendredi qu'un nombre sans précédent de réfugiés syriens avait traversé la frontière vers la Turquie, le Liban ou la Jordanie sur une période de 24 heures.

La vaste majorité d'entre eux, probablement au nombre de 9 000, ont traversé la frontière vers la Turquie et seraient arrivés dans la province d'Urfa pendant la nuit. D'autres, soit environ 2 000, ont été enregistrés et ont reçu une aide du HCR en Jordanie et au Liban.

En Turquie, la plupart des réfugiés ont été transférés vers des camps gérés par les autorités turques à Ceylanpinar and Akcakale, alors que d'autres ont été pris en charge et hébergés par des proches. Certaines des personnes arrivées en Turquie durant la nuit seraient retournées en Syrie, lorsque les tirs d'artillerie ont diminué.

Au total, 71 des nouveaux réfugiés sont arrivés blessés et ont reçu des soins. Deux d'entre eux sont décédés peu après leur arrivée. Avec ce dernier afflux, le nombre total des Syriens dans les 14 camps gérés par les autorités turques en Turquie approche désormais les 122 000.

Ce tout dernier développement coïncide avec le sixième Forum humanitaire sur la Syrie qui s'est tenu à Genève et a rassemblé des agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et des pays donateurs.

Panos Moumtzis, le Coordonnateur régional du HCR pour les réfugiés syriens, a indiqué aux participants que le financement pour les opérations d'aide aux réfugiés syriens est à un niveau critique, avec seulement 35% de contributions reçues à ce jour sur le dernier appel de fonds d'un montant de 487,5 millions de dollars. Il a prévenu les bailleurs de fonds que « l'hiver n'attendra pas » et a rappelé le plan ambitieux du HCR et de 52 partenaires - agences des Nations Unies et ONG - pour préparer les réfugiés syriens à affronter les conditions hivernales.

Ces tout derniers arrivants portent à 408 000 le nombre des réfugiés syriens dans la région. Panos Moumtzis a lancé une mise en garde selon laquelle un nombre bien plus important encore se trouve dans les pays de la région.

Durant cette réunion, Radhouane Nouicer, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Syrie s'est également exprimé. Il a décrit les défis auxquels sont confrontés la communauté des Nations Unies et des ONG dans leur tentative d'acheminer de l'aide dans un pays en proie à la violence et à l'insécurité.

« Les habitants sont assiégés et pris au piège. Les agences d'aide humanitaire sont souvent dans l'incapacité de leur venir en aide », a-t-il affirmé aux donateurs, en soulignant que « les Syriens eux-mêmes forment probablement l'organisation d'aide humanitaire la plus efficace, car les portes de leurs maisons sont ouvertes aux déplacés. » Radhouane Nouicer a noté que sur 2,5 millions de Syriens qui auraient besoin d'une assistance, au moins 1,2 million d'entre eux sont déplacés.