Le HCR et ses partenaires augmentent leur assistance malgré l'instabilité

Le HCR et ses partenaires ont mis en oeuvre à Goma, à l'est de la RDC, divers programmes d'assistance pour l'aide alimentaire, les abris et les soins de santé.

Les déplacés choisissent des piquets pour assembler leur abri au camp de Mugunga III près de Goma. Le HCR est préoccupé par la question des abris dans ce camp.   © HCR/F.Noy

Goma, République démocratique du Congo, 28 novembre (HCR) - Dans un contexte d'instabilité politique persistante à l'est du Congo, le HCR et ses partenaires intensifient leurs efforts pour aider des dizaines de milliers de personne déplacées.

Le HCR travaille avec les autres agences humanitaires pour encourager le retour des personnes déplacées chez elles, dans la région de Rutshuru au Nord Kivu au lieu de rester dans le chef-lieu de la province de Goma et ses alentours, passée sous contrôle du mouvement rebelle M23 le 20 novembre dernier.

Des listes des personnes les plus vulnérables qui auront besoin d'un transport sont en train d'être établies mais l'opération est retardée par des problèmes de sécurité. L'agence pour les réfugiés insiste pour que tout retour soit volontaire et vérifie que la sécurité est rétablie dans les lieux de retour. Le HCR a reçu des informations selon lesquelles des personnes déplacées qui étaient rentrées de leur propre initiative sont revenues à Goma après avoir trouvé leurs maisons détruites.

De plus, selon certaines sources, des combats à Kibumba auraient eu lieu sur la route entre Goma et Rustshuru. Le HCR et d'autres agences humanitaires ont prévu de faire une mission d'évaluation dans la région jeudi.

Des pénuries de carburant, qui affectent les opérations, sont également une cause de préoccupation, alors que le HCR et les autres agences sont actuellement en sous-effectif à Goma en raison de l'insécurité. Le HCR espère pouvoir renforcer ses équipes dès que la sécurité le permettra.

Pendant ce temps, le Programme alimentaire mondial a distribué lundi des rations alimentaires initiales de trois jours à près de 40 000 civils déplacés (soit plus de 13 370 familles) dans les camps et d'autres endroits à Goma et ses alentours. En tout, ce sont plus de 70 000 personnes déplacées qui sont bénéficiaires. La distribution a été décidée après des discussions entre le HCR et le PAM, un partenaire essentiel dans le monde entier.

L'agence pour les réfugiés espère qu'une distribution de nourriture pourra être organisée vendredi pour 1000 réfugiés et demandeurs d'asile venant essentiellement du Burundi. Le HCR et le PAM étudient également la possibilité de distribuer des rations de nourriture suffisantes pour une semaine aux personnes déplacées de l'agglomération de Goma avant leur retour à la maison. Davantage encore de nourriture sera distribuée prochainement dans les zones de retour si la sécurité le permet.

Les conditions d'hébergement sont également une préoccupation du HCR et un membre du personnel qui s'est rendu mercredi au camp de Mugunga III, à l'ouest de Goma, a ainsi déclaré : « Des personnes dorment encore en plein air ». Elle a indiqué que la situation s'était détériorée en raison de l'arrivée de la saison des pluies au Nord-Kivu. Le HCR et ses partenaires ont prévu de construire de vastes abris communs pour couvrir rapidement ces besoins.

Cette employée du HCR a déclaré que la situation demeurait relativement calme à Goma où les approvisionnements en eau et électricité sont partiellement rétablis. Les enfants ont commencé à reprendre les cours et le fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) construit des hangars pour les personnes déplacées qui occupaient des salles de classe depuis leur fuite due aux combats qui ont éclaté le 15 novembre dernier entre le gouvernement et les rebelles du M23. Le HCR et ses partenaires interagences ont fourni des médicaments aux centres de santé de Goma.