Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés salue l'avancée « historique » pour assurer la protection des personnes déplacées internes en Afrique

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est félicité aujourd'hui de l'entrée en vigueur d'un traité sur la protection des personnes déplacées internes, pour tout le continent africain. António Guterres a décrit comme étant un tournant décisif la prochaine entrée en vigueur de la Convention de l'Union africaine (UA) sur la protection et l'assistance aux déplacés internes en Afrique (Convention de Kampala).

« C'est un moment historique, et pas seulement pour l'Afrique », a déclaré António Guterres. « Dans le monde, le nombre des personnes déracinées au sein de leur propre pays augmente. La Convention de Kampala place l'Afrique en tête pour l'adoption d'un cadre juridique sur la protection et l'assistance aux personnes déplacées internes. »

La Convention de Kampala couvre les déplacements de populations depuis les causes - y compris le conflit, les catastrophes naturelles ou le changement climatique - jusqu'aux mesures pour y remédier. Elle affirme par ailleurs que les Etats ont la responsabilité pleine et entière de leurs propres citoyens déplacés internes. Toutefois elle appelle également à adopter des lois et des politiques tant régionales que nationales, afin de prévenir le déplacement interne et assurer que les civils déplacés reçoivent protection et assistance.

La Convention de Kampala avait été adoptée en octobre 2009, lors d'une réunion des pays de l'Union africaine (UA) et 37 pays sur les 54 Etats membres de l'Union africaine y ont adhéré depuis. Pour entrer en vigueur, la Convention doit être ratifiée au moins par 15 pays sur les 54 Etats membres de l'Union africaine. Le 6 novembre dernier, le Swaziland est devenu le 15e pays à présenter officiellement sa ratification au Président de la Commission de l'Union africaine (UA). La Convention entrera en vigueur demain, le 6 décembre 2012.

Les pays qui ont ratifié la Convention doivent procéder à sa transposition en lois nationales. Le HCR, qui a participé à l'élaboration de la Convention, appuie les gouvernements pour mettre en oeuvre des mesures visant à adapter les dispositions de la Convention au contexte local.

Dans le monde, à la fin 2011, 26,4 millions de personnes étaient déplacées au sein de leur pays. Le nombre de réfugiés s'élevait à 15,2 millions, ce sont les personnes déracinées au-delà d'une frontière internationale. Malgré le nombre élevé de personnes déplacées internes, le développement d'un cadre juridique international pour les protéger reste nettement moins avancé que celui pour les réfugiés.

A travers l'Afrique, il y a 9,7 millions de personnes déplacées dont 6,97 millions reçoivent une aide du HCR, soit davantage que sur tout autre continent. Les plus importantes populations déplacées internes se trouvent en Somalie (1,36 million), au Soudan (2,4 millions) et en République démocratique du Congo (plus de deux millions, selon les estimations).