Le HCR appelle les parties au conflit syrien à permettre l'acheminement de l'aide humanitaire

L'agence pour les réfugiés des Nations Unies travaille avec le gouvernement et les autres parties au conflit pour permettre l'acheminement de l'aide, même si celle-ci n'atteint qu'une partie de ceux qui en ont besoin.

Cette année, le HCR a apporté des articles de secours à plus de 437 000 Syriens dans les provinces les plus touchées comme Alep, Al-Hassakeh, Raqqah, Damas, Dara'a, Feir Ezzor, Hama et Idlib.  © HCR

GENEVE, le 26 mars 2013 (HCR) - L'agence pour les réfugiés des Nations Unies a appelé de nouveau toutes les parties au conflit à octroyer un passage sécurisé aux convois humanitaires qui apportent de l'assistance aux populations civiles à l'intérieur de la Syrie. « Dans les conditions actuelles de sécurité, plusieurs convois ont dû être annulés ou retardés. Cela prive de nombreux Syriens d'une aide vitale indispensable, » a déclaré le porte-parole du HCR, Adrian Edwards aux journalistes présents à Genève.

Selon les dernières estimations des Nations Unies, au moins 3,6 millions de personnes seraient déplacées à l'intérieur de la Syrie. Le HCR travaille avec le gouvernement et les autres parties au conflit pour permettre l'acheminement de l'aide, même si celle-ci n'atteint qu'une partie de ceux qui en ont besoin.

"Malgré les difficultés au niveau de la sécurité, le HCR essaie de développer ses opérations » a indiqué M. Edwards. « Depuis le début de l'année, nous avons acheminé de l'aide à Deir Ezzor, Dara'a, Raqqah, Idlib, et Hama. L'année dernière nous avons étendu notre présence de Damas, Alep et Al-Hassakeh grâce à de nouvelles installations à Al-Nabek et Homs. Cela nous a rapprochés de plusieurs lieux de concentration des populations déplacées et vulnérables.

M. Edwards a ajouté que l'objectif du HCR était d'apporter de l'aide à au moins un million de personnes d'ici juin 2013. A la date du 20 mars dernier, l'agence avait apporté de l'aide à plus de 437 000 personnes dans les provinces parmi les plus touchées comme Alep, Al-Hassakeh, Raqqah, Damas, Dara'a, Deir Ezzor, Hama et Idlib.

Cette aide comprend des matelas, des abris, du matériel domestique et des vêtements. Ces articles ont été livrés directement par le HCR ou par des ONG locales et le Croissant Rouge Arabe Syrien (CRAS). Quatre convois, dont un organisé conjointement avec les autres agences des Nations Unies, ont pu être menés au nord du pays depuis le début de l'année.

Le plus récent convoi est parti de Damas à Tal Abiyad dans la province de Raqqah. Sept camions chargés de 130 tonnes d'assistance sont arrivés 18 mars. Les camions ont été organisés par le Croissant rouge syrien. Le Programme Alimentaire Mondial a aussi envoyé quatre camions apportant 5 000 paniers de nourriture.

L'aide financière demeure une priorité importante en Syrie. L'année dernière, le HCR a apporté une assistance financière à 14 607 familles à Damas, Al Hassakeh et Al Nabek. Cette année 6 400 familles ont reçu une aide financière à Damas. Les projets d'extension du programme vers Homs ont été retardés en raison de l'insécurité, mais nous espérons démarrer le programme dans les semaines à venir.

Selon les termes de l'accord de collaboration, l'Organisation chargée de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) coordonne les opérations de secours à l'intérieur de la Syrie. Le HCR est responsable de trois secteurs : la distribution d'articles domestiques, la fourniture d'abris et de services communautaires (incluant des visites à domicile, la gestion des centres communautaires et de permanences téléphoniques). L'agence participe à trois autres groupes : pour l'éducation, la santé, ainsi que pour l'eau et l'assainissement.

Les 70 000 réfugiés originaires d'Iraq, d'Afghanistan et de Somalie vivant toujours en Syrie sont confrontés aux mêmes souffrances et dangers que leurs hôtes syriens. Le HCR reste engagé à apporter aide et protection à cette population vulnérable. Nombre d'entre elles sont des personnes aux capacités d'adaptation limitées car elles ont perdu toute possibilité d'emploi et sont déplacées en raison du conflit.

M. Edwards a rapporté que selon des informations reçues par le HCR, des réfugiés auraient été victimes de menaces et d'enlèvements. Un réfugié afghan a été tué par un obus tombé sur sa maison.

« Les enfants réfugiés sont particulièrement vulnérables, certains présentant des problèmes psychosociaux et beaucoup ont abandonné leur scolarité » a-t-il indiqué, ajoutant que l'assistance comprend un soutien financier et une aide pour accéder aux soins de santé. « La réinstallation des réfugiés qui ne peuvent pas envisager de rentrer chez eux est une priorité majeure» a-t-il dit en citant l'exemple des réfugiés Irakiens mais aussi des Somaliens, des Afghans comme des Palestiniens,

Au moins 76 000 Iraquiens sont rentrés dans leur pays depuis le début du conflit en Syrie malgré le fait que pour beaucoup, les conditions de retour sont loin d'être idéales. A leur arrivée en Irak et après leur enregistrement auprès des autorités, le HCR leur fournit des articles domestiques et une aide en espèce de 400 dollars par famille et 200 dollars par personne seule. Fin janvier 2013, 3 116 foyers (soit 18 815 personnes) avaient bénéficié de cette assistance.