Le HCR demande l'allocation de davantage de terrains et davantage d'aide pour les réfugiés syriens en Iraq

Avec la crise syrienne entrant désormais dans sa troisième année, et les réfugiés traversant en grand nombre les frontières vers les pays voisins, la pression s'accroît pour les héberger. Le HCR est particulièrement préoccupé par la situation actuelle dans la région du Kurdistan d'Iraq, où les réfugiés arrivent au nombre de 800 à 900 par jour - soit le double d'il y a trois mois. Le besoin de terrains est criant. Il faut de nouveaux camps pour décongestionner les camps existants.

La situation est tout spécialement inquiétante au camp de réfugiés de Domiz, dans le gouvernorat de Dohuk au nord-ouest de l'Iraq. Le camp de Domiz héberge actuellement 35 000 réfugiés syriens et il est très nettement surpeuplé. Des milliers de familles partagent des tentes avec de nouveaux arrivants et près de 3500 familles ne peuvent pas disposer de leur propre abri.

Les conditions de surpopulation auront bientôt un impact sur les installations sanitaires, déjà en-dessous des normes humanitaires en vigueur. La congestion et les températures plus élevées augmentent la vulnérabilité à la propagation de maladies ainsi que les tensions entre les résidents des camps.

Au camp, le nombre d'enfants âgés de moins de cinq ans et atteints de diarrhée a doublé ces dernières semaines : depuis février, en moyenne neuf enfants sur cent souffre de diarrhée chaque semaine. De plus, il y a eu 62 cas d'hépatite A depuis le début de l'année. Le HCR, l'UNICEF et l'OMS mènent une évaluation conjointe pour faire cesser cette tendance à l'augmentation.

Le HCR travaille avec le Gouvernement iraquien et les autorités du Kurdistan depuis octobre dernier pour assurer l'allocation de nouveaux terrains. Le HCR est encouragé par la récente décision des autorités d'Erbil et de Sulaymaniya à allouer davantage d'espace pour les camps. Cependant, les terrains alloués permettront d'héberger seulement 25 000 personnes - soit un tiers des besoins.

Au 28 mars dernier, quelque 121 320 réfugiés syriens ont été enregistrés en Iraq. Plus de 90% d'entre eux sont accueillis dans la région du Kurdistan d'Iraq. La plupart des nouveaux arrivants sont des familles originaires de la ville de Qamishli. D'autres proviennent d'Al-Hassakeh, Alep ou Damas. Des camps de réfugiés ont été établis à Al Qa'im et Dohuk. Plus de 60% des réfugiés enregistrés dans la région du Kurdistan sont accueillis au sein des communautés iraquiennes ou vivent dans des maisons dont la construction est inachevée.

Le HCR a une présence permanente à la fois à Domiz et à Al Qa'im. Avec les partenaires et les autorités, nous répondons aux besoins des réfugiés vivant en milieu urbain et à ceux qui sont hébergés dans des camps via un appui aux mécanismes d'enregistrement et de réception, la distribution de matériel d'urgence et d'articles de secours de première nécessité comme des couvertures, des matelas et des batteries d'ustensiles de cuisine, ainsi que l'aide à l'accès aux services d'éducation, de santé et à d'autres activités.

L'année dernière, près de 5 000 kits contenant des articles de secours de première nécessité ont été distribués à environ 7 500 réfugiés syriens à Domiz et Al Qa'im. L'hiver dernier, le HCR, des organisations partenaires et les autorités ont distribué 25 000 couvertures thermiques ainsi que des appareils de chauffage, du kérosène et des édredons.

Ailleurs dans la région, la fuite en exil des réfugiés se poursuit depuis la Syrie. Au 28 mars, plus de 1 210 000 Syriens ont été enregistrés ou sont en attente de l'être dans les pays voisins.

L'enregistrement est un outil essentiel grâce auquel les réfugiés sont identifiés, protégés et aidés. Le HCR a mis en place des mesures extraordinaires pour développer les capacités d'enregistrement, avec notamment la mise en place de centres d'enregistrement, un système de double vacation et de procédures d'urgence, ce qui entraîne une réduction significative du délai d'attente.