Le Haut Commissaire António Guterres en mission en RDC auprès des réfugiés centrafricains

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres est aujourd'hui en mission auprès des réfugiés centrafricains dans une région reculée et difficile d'accès, au nord de la République démocratique du Congo.

Dans un contexte d'informations faisant état d'une insécurité continue et de la poursuite des combats en République centrafricaine et dans la capitale, Bangui, les civils traversent le fleuve Oubangui en quête d'abri dans les provinces Equateur et Orientale en République démocratique du Congo.

Nous avons pré-enregistré plus de 29 500 réfugiés centrafricains, y compris près de 24 000 dans la province Equateur. Les réfugiés ont trouvé abri le long d'une bande de 600 kilomètres le long du fleuve.

António Guterres devrait se rendre aujourd'hui dans les villes de Zongo et de Libenge, situées sur les berges du fleuve dans la province Equateur. A Zongo, il rencontrera certains des 1 800 réfugiés qui sont accueillis chez des familles hôtes. La plupart d'entre eux sont arrivés après la prise de Bangui par les combattants rebelles le 23 mars dernier.

Depuis Zongo, il fera un trajet de 20 kilomètres en voiture vers Worobe, un camp où sont hébergés plus de 2 270 réfugiés centrafricains. Le HCR et ses partenaires leur fournissent assistance et protection dans le camp.

Zongo se situe en face de Bangui sur les berges du fleuve Oubangui et cette ville a accueilli de nombreux réfugiés. Un nouveau camp ayant une capacité d'accueil initiale de 10 000 réfugiés va être ouvert à Inke, dans le district de Nord-Oubangui dans la province Equateur.

Les besoins des réfugiés sont significatifs, mais la zone est difficile d'accès. Le HCR travaille avec les autorités en RDC ainsi que celles de deux autres pays d'accueil, le Cameroun et le Tchad, pour fournir protection et assistance. L'agence pour les réfugiés enregistre les réfugiés, distribue de l'aide, monte des abris d'urgence et travaille avec des organisations partenaires pour fournir un appui dans les secteurs de l'éducation et des soins de santé.

A Libenge, le Haut Commissaire visitera des sites dans lesquels le HCR finance des programmes de réintégration pour les réfugiés rapatriés et il s'informera sur les toutes dernières nouvelles concernant la situation de près de 65 000 réfugiés congolais dont le rapatriement volontaire a été organisé par le HCR depuis mai 2012 en provenance du Congo, un pays qui borde également le fleuve Oubangui. L'opération continue et près de 18 000 rapatriés ont reçu une aide au retour pour la seule année 2013.

Les rapatriés à Libenge font partie des civils (plus de 140 000) qui ont fui vers les pays voisins pour échapper aux affrontements interethniques provoqués un conflit sur les conditions d'exercice du droit de pêche et d'agriculture traditionnels dans la province Equateur à la fin 2009.

Demain, à Kinshasa, la capitale de la RDC, António Guterres rencontrera des hauts représentants de RDC, y compris le Président Joseph Kabila et le Premier Ministre Augustin Matata Ponyo, pour des entretiens sur la situation des réfugiés centrafricains et d'autres volets du travail du HCR dans le pays.

Le HCR mène une opération majeure en République démocratique du Congo, en venant en aide à 2,5 millions de personnes déplacées internes, la plupart dans l'est et le nord du pays ainsi qu'à des dizaines de milliers de réfugiés originaires d'autres pays d'Afrique. L'agence a également aidé au rapatriement de réfugiés depuis le Congo, l'Angola, le Rwanda et le Burundi.

Nous venons en aide également à des dizaines de milliers de réfugiés congolais en Ouganda, au Rwanda et au Burundi, dont beaucoup ont fui la recrudescence de la violence et l'anarchie généralisée dans l'est de la RDC depuis l'année dernière. Nous sommes vivement préoccupés par l'instabilité régionale, étant données la situation dans l'est de la RDC ainsi que les nouvelles crises en République centrafricaine et dans la région du Darfour au Soudan.