Le Myanmar évacue des milliers de déplacés hors de la trajectoire du cyclone Mahasen

Plus de 35 000 déplacés dans l'Etat de Rakhine au Myanmar ont été évacués par les autorités vers des lieux plus sûrs. D'autres sont partis par leurs propres moyens.

Des personnes déplacées à Khaung Doke Khar ont été transférées depuis des tentes vers des abris mis en place par les autorités et situés non loin à Sittwe, dans l'Etat de Rakhine.   © HCR/M.Murphy

RANGON, Myanmar, 16 mai (HCR) - Alors que le cyclone Mahasen s'approche des côtes du Myanmar et du Bangladesh, plus de 35 000 déplacés internes dans l'Etat de Rakhine au Myanmar ont été évacués par les autorités vers des lieux plus sûrs dans le cadre d'un plan d'évacuation mis en oeuvre par le gouvernement. Beaucoup d'autres ont rejoint spontanément des communautés locales pour s'éloigner du passage du cyclone, qui devrait toucher le pays jeudi soir.

L'Etat de Rakhine accueille près de 140 000 personnes qui ont été déplacées par la violence intercommunale l'année dernière. Selon les Nations Unies, quelque 70 000 d'entre elles dans et autour de Sittwe, Pauktaw et Myebon sont tout spécialement vulnérables à l'impact du cyclone, car elles vivent sous la tente près de la côte, dans les zones inondables ou dans de fragiles abris de fortune.

Une évacuation d'urgence a commencé lundi, mise en oeuvre par les autorités de l'Etat de Rakhine. Plus de 35 000 déplacés ont été transférés vers des bâtiments publics, des abris temporaires ou des terrains plus en hauteur. Les transferts ont continué jeudi sous une pluie battante et des vents forts.

« Les autorités nous ont assurés que toutes les personnes à risque ont été transférées vers des lieux plus sûrs et ont reçu une assistance sans discrimination », a indiqué Hans ten Feld, Représentant du HCR au Myanmar. « Le HCR et d'autres agences surveillent le processus pour assurer que les personnes ont été consultées, que les personnes vulnérables sont aidées en priorité, que les familles ne sont pas séparées durant le transfert et que les droits de ces personnes sont respectés. »

Les équipes du HCR sur le terrain aident également à apaiser les craintes de certains déplacés qui refusent de rejoindre des sites de relocalisation. Dans la zone rurale aux alentours de Sittwe, les personnes déplacées à Hmanzi Junction ont décidé jeudi qu'elles voulaient être finalement transférées, ce qui a incité les travailleurs humanitaires à rechercher des camions pour les transporter vers les écoles les plus proches. Les autorités ont donné l'assurance verbale que ces personnes pourront rentrer à Hmanzi Junction après le passage du cyclone.

Un autre groupe de 7 000 personnes déplacées à Nget Chaung dans le canton de Pauktaw a refusé de se faire transférer vers un site public et ont préféré rejoindre une autre localité ailleurs par bateau. Après un accident tragique lundi soir après lequel plus de 50 personnes sont portées disparues, les autorités ont commencé à fournir des bateaux et des escortes pour un nouveau transfert de ce groupe. Ceci a continué jusqu'à que les eaux démontées soient dangereuses pour la navigation. Les 1000 personnes restantes rejoignent une mosquée située non loin et qui risque d'être bientôt surpeuplée.

Le HCR a déployé un coordonnateur pour les abris qui va aider à évaluer les sites de relocalisation. Conjointement avec d'autres experts, il conseille les autorités sur l'adéquation d'abris, d'équipements et de services en fonction du nombre de personnes évacuées.

« Le gouvernement et la communauté humanitaire font leur possible pour transférer autant de personnes que possible vers des lieux sûrs avant le cyclone », a indiqué Hans ten Feld. « Avec le cyclone attendu en fin de journée, nous aurons besoin d'adapter notre aide rapidement vers les efforts de secours et de relèvement. »

Le HCR a mobilisé ses stocks de tentes, de bâches en plastique et d'autres articles de secours pour répondre aux besoins post-cyclone parmi la population déplacée dans l'Etat de Rakhine.

Parallèlement, les autorités du Bangladesh ont ordonné l'évacuation d'un million de personnes depuis des cantons qui sont menacées par le cyclone dans le sud. Environ 230 000 personnes relèvent de la compétence du HCR dans cette région, y compris 30 000 réfugiés rohingya dans deux camps et plus de 200 000 Rohingya sans papiers et originaires de l'Etat de Rakhine. Le HCR a préparé de l'aide dans des camps de réfugiés, en identifiant des bâtiments qui peuvent servir d'abris et en prépositionnant du matériel de secours. Le gouvernement a donné l'assurance que l'assistance sera fournie sans discrimination à toutes les personnes affectées par le cyclone.