Le HCR se réjouit du don de 400 millions d'euros de l'Union européenne pour la crise en Syrie

Le financement annoncé par l'Union européenne figure parmi les contributions les plus généreuses apportées à ce jour par des donateurs pour la crise syrienne.

Jeunes réfugiés jouant sur un terrain vague dans le camp de réfugiés du Parc Roi Abdullah, en Jordanie.  © HCR/JaredJ.Kohler

GENEVE, 6 juin (HCR) - Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est félicité aujourd'hui de l'annonce faite par l'Union européenne (UE) d'apporter une nouvelle contribution substantielle, à hauteur de 400 millions d'euros, à destination de la situation syrienne jusqu'à la fin de l'année.

Le financement annoncé par l'UE figure parmi les contributions les plus généreuses apportées à ce jour par des donateurs pour la crise syrienne. Les 400 millions d'euros devraient être affectés à la réponse régionale en matière de réfugiés ainsi qu'aux besoins humanitaires à l'intérieur de la Syrie. Selon le HCR, 150 millions d'euros sont alloués à une aide au développement qui inclut le soutien aux communautés d'accueil des réfugiés et la sécurité dans les camps de réfugiés.

« Ce financement est extrêmement important et il tombe vraiment au bon moment », a indiqué António Guterres dans un communiqué de presse. « La Syrie est en train de devenir une des crises les plus tragiques, les plus dangereuses et les plus importantes depuis la fin de la guerre froide, et elle provoque des souffrances à une immense échelle. L'urgence des besoins est difficile à surestimer ».

La situation syrienne a rapidement pris de l'ampleur ces derniers mois, des milliers de personnes fuyant quotidiennement au-delà des frontières, créant ainsi une pression sur les pays voisins obligés de faire face à ces afflux. Vendredi, les organisations humanitaires des Nations Unies devraient lancer un nouvel appel de fonds exceptionnel, y compris un appel de fonds dédiés au soutien de deux des principaux pays d'accueil de réfugiés, la Jordanie et le Liban.

Compte tenu de l'ampleur et de la nature extraordinaires de la crise, et afin d'éviter que les financements des donateurs à destination des autres urgences actuelles de déplacements dans le monde - parmi lesquelles le Mali, la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Myanmar - ne s'épuisent, le Haut Commissaire António Guterres, de même que ses homologues du Bureau des Nations Unies chargé de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), du Programme alimentaire mondial et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), a récemment appelé les gouvernements du monde entier à établir des budgets dédiés à la Syrie.

António Guterres a réitéré cet appel aujourd'hui. « Nous sommes confrontés à une situation catastrophique en Syrie, mais nous ne devons pas oublier que, chaque jour, des milliers de personnes sont déplacées de force dans d'autres régions et pays en conflit », a-t-il déclaré. « J'encourage d'autres donateurs à s'engager comme l'a fait l'Union européenne aujourd'hui ».