Le HCR condamne le meurtre de civils dans l'est de la RDC ; nouveaux déplacements vers le Burundi

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 27 août 2013 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR et d'autres agences soeurs des Nations Unies déplorent le meurtre de civils durant les combats ce week-end entre l'armée congolaise et le groupe M23 autour de Goma, la capitale du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Au moins trois personnes ont été tuées et cinq autres blessées samedi matin (24 août) lorsqu'une bombe est tombée sur Ndosho, une banlieue de Goma. Goma a une très importante population civile car plus de 150 000 personnes ont été déplacées vers cette ville depuis 2012.

Une autre bombe est tombée samedi près du camp de Mugunga 3, où sont hébergés plus de 14 000 déplacés internes. Le 22 août, plusieurs bombardements avaient eu lieu contre des zones résidentielles à Goma, tuant au moins quatre personnes et en blessant 15 autres - toutes des civils.

Nous réitérons à toutes les parties au conflit que les attaques aveugles et délibérées contre les civils sont des crimes de guerre. Les civils ne doivent pas être ciblés.

Ailleurs dans l'est de la RDC, nous voyons la reprise d'un conflit ancien dans la plaine de Ruzizi, à la frontière entre le Sud-Kivu et le Burundi. Le conflit avait commencé en avril 2012, mais il a envoyé 1 500 demandeurs d'asile vers le Burundi durant les 12 derniers jours. Les demandeurs d'asile, ayant fui les zones de Sange, Mutalule, et Rwanena dans la plaine de Ruzizi, nous disent que des hommes armés non identifiés ont tué huit personnes et en ont sérieusement blessé beaucoup d'autres.

Les demandeurs d'asile sont temporairement hébergés au centre de transit de Cishemere, à l'ouest de la province de Cibitoke au Burundi. Beaucoup de ceux qui sont accueillis par des familles burundaises dans la commune de Buganda ont été transférés vers le centre de transit où ils peuvent être mieux assistés. Nous avons déjà transféré 174 personnes au camp de réfugiés de Kavumu dans l'est de la province de Cankuzo. Quelque 341 autres sont en chemin.

Nous voyons des personnes arriver au Burundi, au nombre d'environ 60 par jour, et entre 150 et 200 par jour la semaine dernière. Environ 60% d'entre eux sont des enfants.

Parallèlement, l'Ouganda accueille toujours quelque 50 000 réfugiés congolais qui ont fui les combats au Nord-Kivu à la mi-juillet. Les réfugiés continuent d'arriver par leurs propres moyens depuis la frontière vers un centre de transit à Bubukwanga, dans l'ouest de l'Ouganda. Bien que nous ayons déjà transféré plus de 3000 personnes vers l'installation plus confortable de Kyangwali dans l'ouest de l'Ouganda, 21 344 personnes se trouvent toujours dans le centre de transit. Par ailleurs, plus de 20 000 réfugiés hébergés chez des proches ou des familles hôtes du côté ougandais de la frontière ont besoin d'aide.