Début d'un nouvel atelier sur le rétablissement de la confiance pour le Sahara occidental

Les Açores, Portugal, 30 octobre 2013 - Quarante-deux personnes provenant du Sahara occidental et des camps de réfugiés sahraouis à Tindouf en Algérie ont commencé aujourd'hui un atelier d'une semaine, le tout dernier d'une série visant à rétablir la confiance et la compréhension dans le cadre de l'une des situations de réfugiés les plus anciennes au monde.

Ces séminaires sont l'une des composantes du programme mené depuis 2004 par le HCR pour le rétablissement de la confiance. Des représentants du Gouvernement marocain et du Front Polisario ont accompagné les participants.

Le séminaire portera sur l'importance des traditions culturelles nomades sahraouies, y compris leur histoire et leur prédominance dans la littérature et la musique.

« Ces séminaires, ainsi que plus largement les mesures de rétablissement de la confiance, sont des composantes essentielles du pont humanitaire pour rassembler une population divisée par le conflit. Ils complètent une action humanitaire menée en parallèle par les Nations Unies pour trouver une solution à cette situation », a indiqué Athar Sultan-Khan, Chef de Cabinet du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Le programme du HCR sur les mesures de rétablissement de la confiance dans le contexte de la situation sahraouie inclue des séminaires sur les traditions culturelles, un programme de visites familiales et des réunions de coordination à Genève avec les deux parties, le Maroc et le Front Polisario, ainsi que deux pays voisins, l'Algérie et la Mauritanie. Elles visent à permettre aux familles sahraouies, séparées depuis plus de 38 ans dans l'une des situations de réfugiés les plus anciennes au monde, de se rassembler temporairement, d'échanger des informations et de discuter de divers aspects de leurs traditions culturelles. Près de 20 000 personnes ont pris part à ces visites familiales depuis le début de cette initiative et 160 personnes au total ont participé à quatre séminaires appuyés par le Gouvernement portugais.

Des familles sahraouies sont séparées depuis plus de quatre décennies du fait de l'absence d'une solution politique qui pourrait mettre fin à leurs souffrances et leur permettre de retourner dans leur lieu d'origine. Les réfugiés sahraouis ont commencé à arriver en Algérie en 1975 après le repli de l'Espagne du Sahara occidental et l'éruption d'un conflit pour son contrôle.