Typhon Haiyan : Le HCR accède à davantage de villages et comble des besoins

Deux semaines après que le typhon Haiyan ait frappé le centre des Philippines, les communautés affectées demandent du matériel d'abri pour reconstruire leur maison.

Les travailleurs humanitaires distribuent des bâches en plastique dans un quartier de Tacloban.   © HCR/R.Rocamora

CEBU, Philippines, 22 novembre (HCR) - Le HCR continue à accéder aux villages affectés par le typhon Haiyan dans le centre des Philippines. Cette semaine, l'organisation a déployé du personnel à Ormoc dans la province de Leyte occidental et à Guiuan dans la province de Samar oriental.

« Ils se sont rendus dans de nombreuses circonscriptions administratives - ou barangays - afin d'évaluer la situation en matière de protection ainsi que d'autres besoins des victimes du typhon. Ils ont constaté certaines lacunes qui sont désormais gérées », a déclaré vendredi Babar Baloch, un porte-parole du HCR.

Dans certaines zones reculées de Guiuan, qui ont été touchées en premier par le typhon le 8 novembre dernier, des problèmes logistiques ont entravé le bon déroulement de la distribution d'aide, y compris dans les îles de Homonhon et Suluan. Par ailleurs, une communauté de 50 familles indigènes n'a reçu aucune nourriture.

En tant que co-chef de file du groupe de travail interagence sur la protection, le HCR travaille avec le gouvernement et le Programme alimentaire mondial pour combler ces lacunes et faire en sorte que toutes les populations affectées puissent recevoir une aide de façon équitable.

« Notre personnel a également remarqué que la situation se stabilise pour de nombreuses communautés, surtout dans les villes. Certains magasins commencent à rouvrir et les activités commerciales ont repris. Dans des zones comme Tagatay, un barangay d'Ormoc, où la plupart des maisons avaient été touchées, les habitants ont commencé à construire des abris de fortune pendant la réparation de leur maison », a ajouté le porte-parole.

Toutefois, la situation dans les zones suburbaines et rurales reste difficile. Le HCR a déjà distribué des articles de secours à 23 000 survivants du typhon à San Jose de Tacloban, dans certains quartiers de Bagacay et à Tanauan. Des régions au sud de Tacloban - comme Tanauan, Julita et Talosa - sont gravement touchées et pourraient mettre davantage de temps pour récupérer. Ces deux derniers jours, le HCR a envoyé des équipes sur place pour évaluer les besoins et coordonner la distribution de l'aide.

De plus, le HCR a également fourni un premier lot de 64 tentes pour aider à décongestionner certaines écoles actuellement utilisées comme abri. Cela aidera à rouvrir ces écoles.

« A Tacloban, nous avons reçu des articles de secours supplémentaires depuis Cebu et nous attendons une toute prochaine livraison de matériel d'aide humanitaire depuis Manille, ce qui portera le total des articles de première nécessité à 3 000 tentes, 16 000 bâches en plastique, 46 000 couvertures et autres biens de secours. Nous distribuerons ces articles non alimentaires à Guiuan et à Ormoc en fonction des besoins identifiés. Ces articles permettront aux survivants de se protéger des éléments pendant la reconstruction de leur maison », a déclaré Babar Baloch du HCR.

Parallèlement, des milliers de personnes déplacées continuent de quitter la province de Leyte par avion et en bateau. Mercredi, le HCR a installé des tentes à l'aéroport de Tacloban pour fournir un abri à la foule en partance. L'Organisation internationale pour les migrations et le Service gouvernemental philippin pour la protection sociale et le développement ont procédé à l'enregistrement des personnes partant à bord des avions-cargo, au recueil des données sur leur destination, leurs besoins et les vulnérabilités.

Cette prestation de suivi fournie par le groupe de travail sur la protection, à la demande des autorités, vise à assurer une assistance aux personnes vulnérables et à prévenir la traite d'êtres humains.

Jeudi soir, quelque 890 personnes déplacées avaient déjà été enregistrées à l'aéroport de Tacloban avant leur départ. Selon les autorités d'Ormoc et de Guiuan, des centaines de personnes partent également tous les jours par avion vers Manille et Cebu. Beaucoup d'autres partent par bateau. Le service de suivi sera prochainement étendu à ces zones de départ.