Le HCR accélère l'aide aux civils syriens via un pont aérien depuis l'Iraq

Jusqu'à 22 vols d'avion-cargo sont prévus pour apporter des vivres et du matériel de secours à des personnes vulnérables dans des zones inaccessibles du nord-est de la Syrie.

Ces personnes déplacées à Tartous, dans l'ouest de la Syrie, font partie des millions d'autres qui ont déjà reçu une aide du HCR.   © HCR

GENÈVE, 10 décembre (HCR) - Le HCR et ses partenaires débuteront cette semaine un pont aérien pour transporter de l'aide depuis l'Iraq vers le nord-est de la Syrie. Cette aide s'avère grandement nécessaire pour les personnes vulnérables dans cette zone inaccessible, alors que l'hiver s'installe.

Le pont aérien commencera jeudi. Jusqu'à 22 avion-cargo devraient transporter des vivres et du matériel de secours y compris des couvertures, des bâches en plastique et des matelas depuis Erbil, au nord de l'Iraq, vers Al Hassakeh, au nord-est de la Syrie, avec l'accord des autorités des deux pays. Les rotations aériennes sont organisées conjointement par le HCR, le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF.

« Le nombre des personnes vulnérables à Al Hassakeh s'élèverait entre 50 000 et 60 000 mais nous procédons encore à des évaluations. Al Hassakeh n'a pas été accessible pendant une très longue période », a déclaré Amin Awad, directeur au HCR du Bureau pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, aux journalistes à Genève mardi.

En Syrie, depuis début 2013, le HCR a acheminé du matériel de secours pour plus de trois millions de personnes. Cette année, le HCR a déjà acheté, stocké, transporté et livré plus de 7,7 millions de biens de secours distincts, en travaillant avec un certain nombre d'ONG partenaires locales ainsi que le Croissant-Rouge arabe syrien. L'aide du HCR a été livrée dans chacun des 14 gouvernorats de la Syrie. Chaque semaine, la cargaison contenue dans l'équivalent d'environ 250 camions est distribuée. Le matériel inclut des couvertures, des matelas, des nattes de couchage, des couches pour les enfants, des serviettes hygiéniques, des bâches en plastique, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des kits d'hygiène.

« Nos récentes livraisons ont été concentrées sur l'aide aux populations civiles à Alep et dans la région rurale de Damas, les deux gouvernorats qui accueillent la majorité des personnes déplacées », a indiqué Adrian Edwards, porte-parole du HCR, lors du point de presse de mardi. « Du matériel d'aide a également été distribué à Idlib, l'une des zones les plus difficiles d'accès, et à Hama, où la situation de sécurité avait empêché le HCR de livrer de l'aide entre mai et la fin novembre. »

Le HCR a participé à plus de 40 missions vers des zones en proie aux combats et qui sont contrôlées par toutes les parties au conflit sans exception. Plus de 35% de l'aide du HCR a été livrée à des personnes dans des zones difficiles d'accès ou « sensibles ».

« Malgré l'ampleur de cet effort d'aide ces derniers mois, les besoins restent immenses et l'insécurité entrave régulièrement l'accès à de nombreuses zones », a expliqué Adrian Edwards, notant que l'aide déjà acheminée « est loin de suffire ».

La guerre civile a généré environ 6,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur de la Syrie. Encore davantage ont besoin d'une aide et environ 2,3 millions de Syriens ont été forcés de fuir vers des pays de la région.

Le HCR dispose d'une présence dans la plupart des gouvernorats, et compte 370 employés. Le travail de l'agence ne se limite pas à fournir du matériel de secours. L'agence fournit également un soutien supplémentaire comprenant des soins de santé pour 971 000 bénéficiaires, la réhabilitation de logements pour 70 hébergements et une aide financière pour 175 000 bénéficiaires parmi les plus vulnérables. Le HCR est également engagé dans l'effort interagence dirigé par l'OMS et l'UNICEF pour vacciner les enfants contre la polio. Des vaccins pour 538 000 enfants ont été récemment transportés par avion vers Al Hassakeh et d'autres localités difficiles d'accès dans le nord-est de la Syrie.