Quelque 5 500 Nigérians fuient vers le Cameroun et le Niger

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 24 janvier 2014 au Palais des Nations à Genève.

De récents affrontements entre l'Armée nigériane et des groupes insurgés dans le nord-est du pays ont poussé environ 4 000 personnes à chercher refuge au Cameroun depuis la mi-janvier, alors que 1 500 personnes environ ont fui vers le Niger.

Une équipe du HCR présente au Cameroun dans la région de l'Extrême-Nord s'est entretenue avec des réfugiés originaires de Banki, une ville juste de l'autre côté de la frontière dans l'Etat de Borno au Nigéria. Les réfugiés ont indiqué que leurs villages ont été bombardés, que plusieurs personnes ont trouvé la mort et qu'au moins deux villages ont été réduits en cendres.

Au nord-est du Nigéria, l'état d'urgence avait été décrété dans les Etats d'Adamaoua, de Borno et de Yobe depuis mai 2013. Les violences incessantes ont déplacé des milliers de personnes. Parmi les personnes ayant fui vers le Cameroun, la plupart se trouvent désormais dans la région de Logone-et-Chari dans la région de l'Extrême-Nord. Désormais, après ce nouvel afflux, 12 428 réfugiés nigérians se trouvent au Cameroun, selon les autorités locales camerounaises. Sur ce nombre, quelque 2 183 personnes ont déjà été transférées vers un camp du HCR à Minawao, à 130 kilomètres plus à l'intérieur du pays. Conjointement avec les organisations partenaires, nous fournissons aux réfugiés des abris, des soins de santé, des installations d'assainissement, l'éducation, des vivres et d'autres aides.

Au Niger, les nouveaux arrivants de réfugiés ont rejoint la région de Diffa dans le sud-est du Niger. Les réfugiés rapportent avoir fui l'attaque contre une mosquée en date du 16 janvier dans le village de Gashagar juste de l'autre côté de la frontière. Sept personnes auraient été tuées lors de l'attaque, et sept voitures ont été incendiées ainsi que 60 magasins. Les réfugiés sont accueillis par les communautés locales et la plupart sont des femmes et des enfants. Le HCR envoie des articles de secours.

Un recensement mené par les autorités a été publié en novembre dernier. Il montrait que quelque 37 000 personnes - dont 8 000 Nigérians et 30 000 ressortissants nigériens qui vivaient au Nigéria - sont déracinés et ont trouvé refuge dans la région de Diffa depuis mai 2013. Début décembre, le gouvernement du Niger a émis un décret accordant le statut de réfugié temporaire aux Nigérians ayant fui les trois Etats où a été décrété l'état d'urgence au Nigéria.

Nous exhortons à nouveau les États de la région à maintenir leurs frontières ouvertes pour les Nigérians qui fuient leur pays et qui pourraient avoir besoin d'une protection internationale. Nous invitons également les Etats à éviter tout retour forcé vers le Nigéria. Un document du HCR sur les Recommandations concernant le retour des Nigérians a été publié en octobre 2013. Ces recommandations visent à garantir que les principes humanitaires et d'asile soient respectés au vu de l'insécurité persistante dans le nord-est du Nigéria.