Soudan du Sud : Le HCR et ses partenaires distribuent de l'aide à 10 000 personnes à Malakal

C'est la toute première aide distribuée aux déplacés vivant à la périphérie de la base des Nations Unies à Malakal. Cette ville a été le théâtre de violents combats le mois dernier.

Un employé du HCR aide une femme déplacée à collecter ses articles de secours à l'Ecole secondaires de garçons, à Malakal.   © HCR/K.Gebre Egziabher

Malakal, Soudan du Sud, 7 février (HCR) - Mardi, le HCR a commencé une distribution d'articles de secours de première nécessité à environ 10 000 personnes déplacées par le récent conflit dans et autour de Malakal, la capitale de l'Etat du Haut-Nil au Soudan du Sud, à environ 600 kilomètres au nord de Juba.

C'est la toute première aide que recevront les personnes déplacées se trouvant à la périphérie de la base des Nations Unies à Malakal. La ville a été le théâtre des quelques-uns des combats les plus violents le mois dernier. Du fait de l'insécurité et du pillage généralisé des biens des organisations humanitaires, le HCR et d'autres institutions n'ont pas encore pu venir en aide aux personnes déplacées se trouvant à la périphérie de la base des Nations Unies à Malakal.

Selon les estimations des Nations Unies, on compte environ 38 000 personnes déplacées à Malakal, dont 28 000 d'entre elles à la périphérie de la base des Nations Unies. Les personnes déplacées ont fui depuis le comté de Malakal et depuis Jonglei.

Beaucoup de femmes, d'enfants et de personnes âgées se trouvent parmi les personnes déplacées. Pour rejoindre la ville de Malakal, certains ont dit qu'ils avaient utilisé des bateaux pour traverser une rivière tandis que d'autres ont nagé. Les femmes ont expliqué avoir marché pendant quatre heures avec leurs enfants avant de traverser la rivière.

« Nous profitons du calme relatif qui règne après la signature de l'accord pour la cessation des hostilités entre les forces belligérantes le 23 janvier 2014 afin de fournir de l'aide aux personnes les plus vulnérables », a déclaré Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR. « Depuis mardi, nous avons livré de l'aide à plus de 3 000 personnes déplacées et nous espérons atteindre le reste du groupe d'ici la fin de la semaine prochaine. »

Les articles de secours, y compris des bâches en plastique, des jerrycans, des seaux, des ustensiles de cuisine, des moustiquaires, des nattes et des couvertures, ont été acheminés par avion vers l'aéroport de Malakal depuis le stock régional du HCR à Nairobi. Nous distribuons les articles en étroite collaboration avec des agences soeurs des Nations Unies et d'autres organisations humanitaires qui collaborent à l'effort de secours. L'OIM, l'UNICEF et World Vision International participent notamment à cette distribution.

La plupart des déplacés sont hébergés depuis des semaines dans des écoles et d'autres sites, alors que d'autres continuent d'arriver depuis Khorflus dans l'État voisin de Jonglei ou depuis des villages voisins. Ils citent la peur et l'insécurité malgré la trêve.

« Certains déplacés ont expliqué aux employés du HCR déployés dans le cadre de la situation d'urgence que la situation de sécurité dans leurs villages demeure tendue et qu'ils ne peuvent ni travailler ni survivre dans cet environnement. La ville de Malakal elle-même reste largement désertée et les civils continuent de fuir en direction et en provenance de cette ville », a indiqué Fatoumata Lejeune-Kaba.

Avec plus de 153 000 personnes déplacées, l'Etat du Haut-Nil compte la deuxième plus grande concentration de personnes déplacées au Soudan du Sud, après l'État d'Unity où plus de 188 000 personnes ont été déracinées depuis l'éruption des combats à la mi-décembre. La crise a également poussé 131 000 Sud-Soudanais à fuir en exil vers des pays voisins, en Ouganda, en Ethiopie, au Kenya et au Soudan.