Le HCR exhorte les pays à admettre 100 000 Syriens sur leur territoire à partir de l'année prochaine

Les Etats sont encouragés à offrir la réinstallation ou d'autres solutions comme le regroupement familial, des bourses d'études ou l'évacuation médicale.

Un enfant syrien photographié dans un site de transit pour les réfugiés à Arsal, au Liban. Le HCR exhorte les pays à offrir aux réfugiés syriens davantage de places de réinstallation ou d'autres formes d'admission sur leur territoire, y compris par des bourses d'études.   © HCR/M.Hofer

GENÈVE, 21 février (HCR) - Le HCR a demandé vendredi aux Etats à travers le monde, des engagements pluriannuels pour offrir la réinstallation et d'autres formes d'admission à 100 000 réfugiés syriens en 2015 et 2016.

Le HCR avait auparavant appelé les Etats à fournir des solutions pour un premier groupe de 30 000 réfugiés syriens parmi les plus vulnérables via la réinstallation ou d'autres formes d'admission d'ici la fin 2014. A ce jour, 20 pays ont déjà offert plus de 18 800 places pour répondre à cet objectif. « Le HCR reste persuadé que l'objectif de 30 000 places sera rempli d'ici la fin de l'année grâce à un nombre significatif de candidatures pour une réinstallation aux Etats-Unis », a indiqué Dan McNorton, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève.

Selon les prévisions du HCR, ces prochaines années, le nombre de Syriens vulnérables ayant besoin de réinstallation, de transfert ou d'autres formes d'admission pour motif humanitaire va augmenter. « Du fait des besoins croissants de la population réfugiée syrienne, l'objectif de 30 000 places de réinstallation pour 2014 ne doit pas être la seule mesure à mettre en oeuvre afin d'aider les réfugiés syriens », a indiqué Dan McNorton.

Le HCR appelle aujourd'hui les Etats à s'engager sur une durée pluriannuelle afin de fournir des places de réinstallation ou d'autres formes d'admission pour un groupe de 100 000 réfugiés syriens en 2015 et 2016.

Dans le cadre de la réponse d'urgence, le HCR exhorte les Etats à étudier un éventail de solutions qui pourraient être mises en oeuvre pour assurer une protection efficace et en urgence. Ces solutions devraient inclure la réinstallation, l'admission pour des motifs humanitaires ou un système de parrainage individuel.

Dan McNorton a expliqué que les Etats pourraient offrir également d'autres types d'aide. Ils pourraient développer des programmes qui autoriseraient des proches syriens à rejoindre des membres de leur famille. Ils pourraient créer des bourses d'études pour des étudiants syriens afin d'éviter « une génération perdue » pour les jeunes. Ils pourraient également offrir l'évacuation médicale pour les réfugiés ayant de graves problèmes de santé et qui nécessitent un traitement nécessaire à leur survie. « Nous appelons la communauté internationale à continuer de fournir des solutions à long terme pour les réfugiés syriens qui ont les besoins les plus urgents », a indiqué le porte-parole.

On compte actuellement plus de 2,4 millions de réfugiés syriens enregistrés dans la région. Environ 932 000 réfugiés syriens se trouvent au Liban, la Jordanie en héberge environ 574 000 autres. La Turquie accueille environ 613 000 réfugiés syriens, l'Iraq environ 223 000 et environ 134 000 autres se trouvent en Egypte.