Un projet pilote innovant pour la planification et la conception de camps de réfugiés au Rwanda

Le HCR transfère 9 000 réfugiés d'un centre de transit surpeuplé au nouveau camp de Mugombwa, le cinquième au Rwanda, installé sur des terres allouées par le gouvernement.

Des infrastructures complètes (hébergements, hangars, latrines) pour les premiers quelques convois de refugiés.  © UNHCR

MUGOMBWA, Rwanda, 7 mars (HCR) - L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a ouvert un nouveau camp qui hébergera des milliers de réfugiés congolais au sud du Rwanda. C'est un banc d'essai en matière de planification et de conception d'un camp.

Mi-février, le HCR a commencé à transférer des réfugiés du camp de transit surpeuplé de Nkamira, dans l'ouest du Rwanda, au camp de Mugombwa. Ce camp de réfugiés, le cinquième au Rwanda, a été installé sur des terres allouées par le gouvernement dans la province du sud qui accueille également le camp de Kigeme, ouvert il y a deux ans.

Le transfert vers Mugombwa de quelque 9 000 réfugiés, principalement congolais, au cours des trois prochains mois permettra de décongestionner Nkamira et d'offrir une capacité d'hébergement en cas de nouvel afflux de réfugiés. Le nouveau camp pourra accueillir quelque 20 000 personnes.

Mais le HCR utilisera également le camp de Mugombwa comme projet pilote pour l'élaboration d'un schéma directeur en matière de planification, de conception et de construction de camps de réfugiés plus efficaces garantissant une meilleure protection et des liens plus étroits avec la communauté locale tout en répondant mieux aux besoins des réfugiés. L'agence pour les réfugiés travaille sur ce projet en coopération avec l'Université de Stanford aux Etats-Unis et le bureau d'architectes Ennead à New York.

L'agencement innovant des installations à Mugombwa facilite l'intégration et les relations harmonieuses entre les réfugiés et les communautés d'accueil en permettant le partage d'espaces, d'infrastructures et de services essentiels communs comme l'eau, la santé, l'éducation et l'assainissement.

Une évaluation socio-économique, qui fait partie intégrante du projet, sera menée pour évaluer l'impact du camp sur la communauté voisine. Grâce à l'utilisation de logiciels de pointe permettant des relevés topographiques plus précis, le processus de conception sera plus rapide et intégrera plus efficacement la population réfugiée à la communauté d'accueil.

Dans le même temps, les réfugiés de Nkamira déclarent qu'ils ne sont pas prêts à rentrer au Nord Kivu malgré la défaite du mouvement rebelle M23, vaincu par les troupes gouvernementales de RDC à la fin de l'année dernière. Ils évoquent des préoccupations continues liées à l'insécurité et à la situation générale d'anarchie ainsi que des craintes de persécution en raison de leur appartenance ethnique.

Le Rwanda accueille plus de 74 000 réfugiés, principalement congolais.

Par Erika Fitzpatrick à Mugombwa, Rwanda