Le HCR choqué et attristé après la noyade d'un grand nombre de réfugiés congolais dans le lac Albert

Selon les informations actuelles du HCR provenant des autorités et des réfugiés, 41 personnes ont été sauvées et 98 corps repêchés. Au moins 250 personnes se trouvaient à bord du bateau.

Des pêcheurs ougandais dans leurs pirogues recherchent les victimes du naufrage du bateau sur le lac Albert. Le bateau transportait des réfugiés congolais qui avaient décidé de rentrer chez eux.  © HCR/M.Sibiloni

KAMPALA, Ouganda, 24 mars (HCR) - Lundi, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés s'est dit choquée et attristée après la mort d'un grand nombre de réfugiés congolais, dont des enfants, qui se sont noyés lorsque le bateau qui les ramenait chez eux en provenance de l'ouest de l'Ouganda a fait naufrage sur le lac Albert.

Ce bateau, ainsi qu'un autre, avaient quitté samedi matin le district ougandais de Hoima, sur le côté oriental du lac qui se trouve à la frontière entre les deux pays. Les bateaux transportaient des réfugiés vivant jusqu'alors dans l'installation de Kyangwali, mais qui avaient décidé de rentrer chez eux dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

L'un des bateaux a chaviré, précipitant ses passagers dans le lac. Selon les informations actuelles du HCR provenant des autorités et des réfugiés, 41 personnes ont été sauvées et 98 corps repêchés. Au moins 250 personnes se trouvaient à bord du bateau.

« Je suis profondément choqué par cette tragédie », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres. « Mes pensées vont vers tous ceux qui ont perdu des êtres chers et vers les rescapés. Je tiens à exprimer ma reconnaissance envers le gouvernement et les autres acteurs qui ont monté une opération de sauvetage et de repêchage et qui viennent en aide aux rescapés. J'ai demandé au bureau du HCR en Ouganda de soutenir pleinement ces efforts ».

Les rescapés ont été transportés vers le district de Bundibugyo, au nord-ouest de l'Ouganda, où le HCR, ses partenaires et les responsables du gouvernement ougandais leur apportent un soutien, notamment une aide psychosociale. L'identification des victimes par les proches venus précipitamment de la République démocratique du Congo, se poursuit dans l'hôpital du district de Bundibugyo.

Le HCR et le gouvernement ougandais facilitent également le rapatriement des corps vers la RDC. Le HCR a en outre mobilisé des ressources et du personnel d'appui, et mis en place un point d'information et de réponse au centre de transit de Bundibugyo pour soutenir les proches des rescapés.

Avec une population de demandeurs d'asile et de réfugiés de plus de 328 900 personnes fin février, l'Ouganda est un pays d'accueil de réfugiés très important. Si la plupart des arrivées récentes proviennent du Soudan du Sud, l'Ouganda accueille toujours près de 175 500 réfugiés congolais dont 66 000 ayant fui à Bundibugyo depuis juillet dernier pour échapper aux combats dans l'est de la RDC. Les personnes touchées par cette tragédie faisaient partie de ce groupe.

Ces trois derniers mois, le HCR a constaté une augmentation du nombre de réfugiés congolais rentrant spontanément en RDC. Il s'agit principalement de personnes arrivées en Ouganda au cours des deux ou trois dernières années et vivant relativement près de la frontière ougandaise.

La majorité de ceux qui rentrent actuellement en RDC se dirigent vers la région relativement sûre de Rutshuru, dans la province du Nord Kivu, tandis que certains rapatriés vers la région de Kamango séjourneraient dans des camps de déplacés internes. Les réfugiés empruntent à la fois l'itinéraire par bateau via le lac Albert et les routes. Une campagne d'avertissement sur les dangers de la traversée du lac était en cours lorsque cette tragédie a eu lieu.