Le HCR et le PAM recherchent 371 millions de dollars pour des opérations inter-organisations d'aide aux réfugiés du Soudan du Sud

Les Soudanais du Sud ont fui vers les pays voisins, principalement l'Ethiopie et l'Ouganda, à un rythme quotidien de près de 2 000 personnes. Beaucoup arrivent épuisés et en mauvais état de santé.

Un jeune garçon soudanais du Sud est assis sur un tas d'affaires emportées par sa famille lorsqu'ils ont fui leur foyer et traversé la frontière vers l'Ouganda. La plupart des déplacés sont des femmes, des enfants et des personnes âgées.   © HCR/F.Noy

GENEVE, 25 mars (HCR) - Alors que la crise s'aggrave au Soudan du Sud, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et le Programme alimentaire mondial ont lancé un appel aux donateurs cette semaine, en leur nom et celui de leurs partenaires, pour obtenir un soutien urgent, à hauteur de 371 millions de dollars, à destination des milliers de réfugiés du Soudan du Sud qui arrivent actuellement dans les pays voisins.

Depuis que les combats ont éclaté mi-décembre entre les troupes gouvernementales et les forces rebelles, plus de 204 000 personnes ont fui vers le Soudan, l'Ouganda, l'Ethiopie et le Kenya. L'insécurité continuant de régner et la pénurie de vivres s'accentuant au Soudan du Sud, le HCR s'attend à ce que le nombre de réfugiés soudanais du Sud dans l'ensemble de la région atteigne 340 000 personnes d'ici la fin de l'année.

Adrian Edwards, porte-parole du HCR, a déclaré mardi à Genève que ces derniers temps, les Soudanais du Sud avaient fui vers les pays voisins à un rythme quotidien de près de 2 000 personnes, la plupart se dirigeant vers l'Ethiopie et l'Ouganda. Originaires de zones du Soudan du Sud qui connaissent de graves pénuries de vivres, beaucoup de réfugiés arrivent épuisés, affaiblis sur le plan nutritionnel et en mauvaise santé.

La majorité d'entre eux sont des femmes, des enfants et des personnes âgées. Avec quelque 708 900 personnes déplacées à l'intérieur du Soudan du Sud et 3,7 millions de personnes risquant fort de souffrir d'insécurité alimentaire, le potentiel pour que d'autres mouvements transfrontaliers se produisent est élevé.

« Compte tenu de ces tendances, la réponse d'urgence régionale annoncée hier se concentrera sur les activités de protection et les autres besoins de première nécessité. Ces derniers comprennent la nourriture d'urgence, l'eau, l'assainissement et la santé », a affirmé Adrian Edwards, ajoutant que le HCR « allait créer et agrandir les camps de réfugiés et autres sites où des services de base seront disponibles ».

L'appel de lundi ne couvre que la population réfugiée originaire du Soudan du Sud dans les pays voisins. Les activités du HCR visant à aider les déplacés internes et les 235 000 réfugiés majoritairement soudanais au Soudan du Sud sont financées par des budgets distincts.