Le HCR accroît l'aide aux réfugiés sud-soudanais affluant en Ethiopie

Avec l'arrivée de la saison des pluies, le HCR achemine des tentes par un pont aérien et construit de nouveaux camps. Le nombre de réfugiés dépasse les 95 000.

Des réfugiés sud-soudanais, qui ont fui vers l'Ethiopie après l'éruption d'un conflit interethnique dans leur pays en décembre 2013, transportent des articles d'aide vers leurs tentes au camp de Kule.   © HCR/L.F.Godinho

GENÈVE, 15 avril 2014 (HCR) - Le HCR a annoncé mardi avoir débuté un pont aérien ainsi que la construction de nouveaux camps pour aider les réfugiés sud-soudanais ayant fui vers l'Ethiopie, dont le nombre dépasse désormais les 95 000.

Le HCR et ses partenaires font leur possible pour améliorer les conditions dans la région de Gambella à l'ouest du pays - en acheminant des tentes par avion, en construisant de nouveaux camps et en transférant les réfugiés vers des lieux plus en altitude avant l'arrivée de la saison des pluies.

Lundi, la première cargaison de tentes d'urgence acheminée par avion-cargo est arrivée à l'aéroport local de Gambella. Un premier lot de 400 tentes est transporté aujourd'hui vers le camp de réfugiés de Lietchuor, à 125 kilomètres de la ville de Gambella. Le reste des tentes sera livré dans le cadre de six autres rotations aériennes ces prochains jours et sera distribué dans d'autres camps gérés par le HCR et l'organisme gouvernemental éthiopien chargé des réfugiés et des rapatriés (ARRA) dans l'Etat de Gambella.

Le HCR a désormais fini de transférer vers un lieu plus en altitude les réfugiés qui vivaient dans des zones inondables au camp de Kule (à 42 kilomètres de la ville de Gambella). Un transfert similaire commencera au camp de Lietchuor aujourd'hui. A l'approche de la saison des pluies, certaines parties des camps sont déjà inondées. Dans ces régions, nous fermons également les latrines pour éviter les contaminations de maladies par l'eau.

Ce week-end également, le HCR et ARRA ont commencé les préparatifs sur le nouveau camp près de Kula sur un terrain alloué par les autorités régionales de Gambella. Le nouveau camp aura une capacité d'accueil allant jusqu'à 30 000 réfugiés et sera situé plus en altitude, ce qui aidera à éviter les problèmes liés aux inondations comme la propagation de maladies. Nous procédons actuellement au défrichage du terrain et le camp devrait être prêt à recevoir des réfugiés à la fin avril.

« Les réfugiés continuent d'arriver depuis le Soudan du Sud vers la région de Gambella au rythme de 800 à 1 000 personnes par jour, principalement via le point de passage frontière de Pagak », a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, lors d'un point de presse.

Quelque 95% d'entre eux sont des femmes et des enfants originaires de l'État du Haut-Nil. Beaucoup citent la peur et les pénuries de vivres comme étant les principales raisons de leur fuite en exil. Beaucoup parmi les femmes disent que des hommes sont recrutés de force, alors que d'autres ont été tués.

« Certains réfugiés ont marché jusqu'à trois semaines pour traverser la frontière et les taux de malnutrition infantile demeurent élevés », a indiqué Melissa Fleming.

Plus de 4 000 enfants souffrant de malnutrition sont déjà inscrits pour bénéficier des programmes de nutrition dans les camps. Environ 3 500 femmes allaitantes reçoivent également une alimentation complémentaire. Nous avons toutefois observé un léger ralentissement dans le nombre d'arrivées en Ethiopie depuis le début des largages de vivres par le Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan du Sud.

Avec l'afflux continu et la saison des pluies imminente, les autorités régionales ont alloué de nouvelles terres sur un terrain plus en altitude au point de passage frontière de Pagak pour la construction d'un centre d'accueil temporaire. Le nouveau centre de transit a une capacité d'accueil initiale allant jusqu'à 5 000 personnes. Les réfugiés sont enregistrés et recevront des vaccins, des soins de santé, des vivres et d'autres services essentiels.

Pendant ce temps, le HCR a déployé un hélicoptère pour transporter des personnes vulnérables - des personnes âgées, des handicapés, des femmes enceintes et allaitantes, des nouveau-nés et des personnes malades - depuis le point de passage frontière d'Akobo vers le camp de réfugiés de Lietchuor.

La plupart des réfugiés arrivant à Akobo voyagent par bateau pendant près de 15 heures jusqu'à Burubiey, un autre point d'entrée dans le pays. De là, ils sont finalement transférés vers des camps de réfugiés. Quelque 190 personnes vulnérables ne pouvant pas effectuer ce long voyage en bateau ont déjà été transférées au camp de Lietchuor dans le cadre de onze vols d'une durée de 30 minutes ces deux dernières semaines. L'opération se poursuit.

Quelque 86 000 réfugiés fuyant le conflit en cours au Soudan du Sud résident actuellement dans quatre camps [Kule, Lietchuor, Pugnido et Okugo], tandis qu'un autre groupe de 9 000 personnes va être transféré depuis les points de passage frontière (principalement Pagak et Akobo).

Le HCR et ses partenaires recherchent actuellement 102 millions de dollars pour répondre aux besoins fondamentaux des réfugiés sud-soudanais en Ethiopie. Sur ce total, le HCR demande environ 43,6 millions de dollars. Seulement 12% de ce montant a déjà été financé.