Un haut responsable américain appelle à aider les réfugiés affluant vers l'Ethiopie

Anne Richard a été choquée par les témoignages des réfugiés ayant fui le conflit au Soudan du Sud ; ils arrivent en Ethiopie au rythme moyen de 883 par jour.

Nyakoch, une réfugiée sud-soudanaise, est enregistrée au camp de Kule en Ethiopie.  © HCR/P.Wiggers

GAMBELLA, Ethiopie, 14 juillet (HCR) - La Secrétaire d'Etat adjointe américaine Anne Richard a fait part de son émotion quant à l'afflux de nombreux réfugiés sud-soudanais vers l'Ethiopie et elle a indiqué qu'elle devait convaincre les Américains d'accroître leur aide.

Anne Richard, Secrétaire d'Etat adjointe américaine pour le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (BPRM), était en visite dans des camps à l'ouest de l'Ethiopie, où 167 000 réfugiés sont arrivés depuis l'éruption de la guerre civile au Soudan du Sud en décembre dernier.

« Je suis heureuse et par ailleurs convaincue que c'est exactement ce qu'il faut faire », a déclaré Anne Richard après s'être rendu compte par elle-même des opérations humanitaires au point de passage frontière de Pagak, où arrivent environ la moitié des réfugiés, ainsi que dans les camps de Kule 1 et Kule 2.

« Mais nous devons faire bien davantage », a-t-elle expliqué. « J'ai besoin de convaincre les Américains que nous devons investir davantage ici, même si nous faisons face à d'autres crises à travers le monde. »

La visite d'Anne Richard s'est déroulée un jour avant que le HCR et ses partenaires ne publient, vendredi, un appel de fonds d'un montant de 658 millions de dollars afin de répondre à la crise de réfugiés dans la région. Jusqu'à 715 000 réfugiés sud-soudanais sont attendus d'ici la fin 2014. Un appel de fonds initial d'un montant de 371 millions de dollars avait été publié en mars, quand les prévisions pour la population de réfugiés s'élevaient à 340 000 - soit moins de la moitié de la nouvelle prévision.

Le conflit en cours et la situation humanitaire à l'intérieur du Soudan du Sud génèrent un exode de réfugiés en Ethiopie, au Kenya, au Soudan et en Ouganda. L'Ethiopie est le théâtre de la plus forte hausse des arrivées.

Le conflit pousse les réfugiés à rejoindre l'Ethiopie, au rythme de 883 en moyenne par jour. Les trois camps de réfugiés sont déjà quasiment pleins. Le HCR et son principal homologue gouvernemental, l'Administration pour les affaires de réfugiés et de rapatriés (ARRA), recherchent actuellement un site sur des terrains inondables pour construire un camp supplémentaire.

« La prévision initiale pour la population réfugiée (en Éthiopie) s'élevait à 150 000 réfugiés d'ici la fin 2014. Elle est presque déjà atteinte », a déclaré Oscar Mundia, coordonnateur du HCR pour la situation d'urgence en Ethiopie. « Le HCR et ses partenaires ont révisé ce chiffre à la hausse avec désormais une population réfugiée prévisionnelle de 300 000 personnes. »

Les priorités du plan révisé pour l'aide aux réfugiés sud-soudanais sont du registre de l'aide vitale avec la fourniture de nourriture, d'une aide nutritionnelle, de soins de santé, d'eau et de systèmes d'assainissement, d'hygiène, d'une aide à l'hébergement et la protection. La grande majorité des arrivants sont des femmes et des enfants, qui sont particulièrement vulnérables. »

Anne Richard a fait part de son inquiétude au sujet des femmes, des jeunes filles et des enfants ayant subis des abus sur le chemin de l'exil. « Il faut vraiment des experts ici sur le terrain au quotidien, pour assurer que les victimes obtiennent ce dont elles ont besoin, mais aussi pour mettre en oeuvre des mesures préventives. »

La haut responsable américaine était accompagnée par l'Ambassadrice des États-Unis en Ethiopie, Patricia Haslach. Elle a été visiblement émue par les témoignages des réfugiés. En larmes, Ran Nyabiel, âgée de 45 ans, a déclaré que son voyage depuis Bentiu dans l'État d'Unity avait duré plus de deux mois : « Je suis arrivée ici avec seulement deux de mes enfants et je ne sais pas ce qui est arrivé à mon mari et mes trois autres enfants. »

Bornwell Kantande, Représentant du HCR par intérim, s'est félicité de la politique de porte ouverte menée par les autorités envers les réfugiés. Il a tout particulièrement remercié Gatluak Tut Kot, Président de l'Etat régional de Gambella, qui avait rejoint la visite et a annoncé que son administration s'apprêtait à allouer un site pour établir un camp supplémentaire.

Anne Richard a remercié le peuple et le Gouvernement de l'Ethiopie pour leur générosité envers les réfugiés. En revanche, elle a appelé les chefs belligérants au Soudan au Sud à venir en Ethiopie pour se rendre compte de ce qu'ils font subir aux Sud-Soudanais.

Par Kisut Gebreegziabher, à Gambella, Ethiopie