Regain des combats au Soudan : 3 000 personnes ont fui les montagnes Nouba

Les réfugiés, principalement originaires des comtés de Um Dorrein, Heiban et Delami, ont indiqué au HCR avoir également fui le manque de possibilités d'éducation et de moyens d'existence

De nouveaux civils soudanais déplacés depuis les montagnes Nouba arrivent à Yida au Soudan du Sud.   © HCR/S.Kuir Chok

GENÈVE, 30 janvier (HCR) - Le HCR a déclaré vendredi avoir observé en janvier 2015 une augmentation du nombre de réfugiés soudanais qui sont arrivés au Soudan du Sud depuis la région soudanaise des montagnes Nouba déchirées par la guerre.

Le personnel du HCR a fait état de l'arrivée, depuis le 23 décembre 2014, de plus de 3 000 réfugiés originaires des régions du Sud-Kordofan et du Nil Bleu. Ils ont rejoint l'Etat d'Unity au Soudan du Sud et plus particulièrement Yida, une ville frontalière dans laquelle est située une installation spontanée qui abrite déjà quelque 80 000 réfugiés soudanais.

« Avec un rythme d'arrivées de plus de 500 personnes par semaine, ceci représente une augmentation de plus de 100 pour cent par rapport à la même période en 2013 », a indiqué William Spindler, porte-parole du HCR, aux journalistes à Genève.

Les réfugiés sont principalement originaires des comtés de Um Dorrein, Heiban et Delami. Ils ont indiqué au HCR avoir fui le conflit en cours et la violence généralisée dans la région des monts Nouba au Soudan, y compris des bombardements aériens et des attaques terrestres. Les réfugiés ont également cité le manque de possibilités d'éducation et de moyens d'existence dans leurs régions d'origine comme motif de leur fuite en exil.

« La majorité d'entre eux est arrivée dans des camions, d'autres sont venus à pied », a indiqué William Spindler. « Près de 70 pour cent des nouveaux arrivants sont des enfants. Près de 10 pour cent d'entre eux souffrent de malnutrition et de la rougeole. Les réfugiés ont indiqué que de nombreux Soudanais sont en route vers le Soudan du Sud, mais nous ne sommes pas en mesure de confirmer cette information », a-t-il ajouté.

Dans le centre de transit de Yida, le HCR et ses partenaires fournissent des prestations d'accueil et d'assistance initiale aux nouveaux arrivants, y compris des repas chauds. Les réfugiés passent un dépistage médical et bénéficieront d'une vaccination contre la rougeole à l'arrivée au centre de transit géré par Yida Africa Humanitarian Action et IRC.

Le HCR effectue un enregistrement biométrique des nouveaux arrivants pour assurer que les réfugiés soient identifiés rapidement et puissent recevoir de l'aide. A ce jour, plus de 80 pour cent des nouveaux arrivants ont été transportés depuis Yida vers Ajuong Thok, un camp ouvert en mars 2013 pour alléger les conditions de surpeuplement à Yida. Le reste des nouveaux arrivants, soit 20 pour cent, a décidé de rester à Yida car ils ont de la famille dans cette installation. A Ajuong Thok, tous les réfugiés passent un nouvel examen médical et tous les enfants de moins de 15 ans sont vaccinés contre la rougeole.

Quelque 18 000 réfugiés soudanais vivent déjà à Ajoung Thok. Ce camp a presque atteint sa pleine capacité initiale d'accueil de 25 000 personnes. Si le rythme actuel des arrivées se poursuit, plus de 15 000 réfugiés pourraient arriver d'ici juin 2015.

William Spindler a déclaré que le HCR travaille avec les autorités sud-soudanaises pour identifier un site et établir un nouveau camp dans l'État d'Unity en préparation des nouvelles arrivées. Le Soudan du Sud héberge actuellement près de 250 000 réfugiés, des Soudanais pour la plupart. Par ailleurs, plus de 1,8 millions de Sud-Soudanais sont des déplacés internes.