Lauréat 2017

La distinction Nansen du HCR pour les réfugiés attribuée à un enseignant nigérian visionnaire

Ardent défenseur de la sécurité et du droit à l’éducation des enfants déplacés qui grandissent au cœur des violences dans le nord-est du Nigéria, Zannah Mustapha est le lauréat 2017 de la distinction Nansen du HCR pour les réfugiés.


  • M. Mustapha et son fils qui est inscrit dans une classe de maternelle à l'école. Ecole de la Fondation islamique des prouesses futures, Maiduguri, Etat de Borno, Nigéria.
    M. Mustapha et son fils qui est inscrit dans une classe de maternelle à l'école. Ecole de la Fondation islamique des prouesses futures, Maiduguri, Etat de Borno, Nigéria.  © HCR/ Rahima Gambo
  • Les élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures aiment se dépenser pendant les pauses. Maiduguri, État de Borno, Nigéria.
    Les élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures aiment se dépenser pendant les pauses. Maiduguri, État de Borno, Nigéria.  © HCR/Rahima Gambo
  • Des élèves de l'école de Mustapha à Maiduguri, dans l'État de Borno, au Nigéria, en file pour l'assemblée du matin.
    Des élèves de l'école de Mustapha à Maiduguri, dans l'État de Borno, au Nigéria, en file pour l'assemblée du matin.  © HCR/Rahima Gambo
  • M. Mustapha et des élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures lors d'une assemblée du matin. Maiduguri, Etat de Borno, Nigéria.
    M. Mustapha et des élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures lors d'une assemblée du matin. Maiduguri, Etat de Borno, Nigéria.  © HCR/Rahima Gambo
  • M. Mustapha se tient à l'extérieur de sa troisième école, en construction. Elle est située à côté du deuxième bâtiment de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures sur les rives du fleuve Gadabul. Cette nouvelle école accueillera des élèves adultes qui n'ont pas pu aller à l'école en raison du conflit. Des foyers d'accueil permettront également aux jeunes - filles et garçons – d'être hébergés à l'école.
    M. Mustapha se tient à l'extérieur de sa troisième école, en construction. Elle est située à côté du deuxième bâtiment de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures sur les rives du fleuve Gadabul. Cette nouvelle école accueillera des élèves adultes qui n'ont pas pu aller à l'école en raison du conflit. Des foyers d'accueil permettront également aux jeunes - filles et garçons – d'être hébergés à l'école.  © HCR/ Rahima Gambo
  • Ayuba Mustapha, 8 ans, son meilleur ami Adam Alhaji, 8 ans, avec Abubakar Muhammed, 8 ans, à l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), à Maiduguri, État de Borno, Nigéria.
    Ayuba Mustapha, 8 ans, son meilleur ami Adam Alhaji, 8 ans, avec Abubakar Muhammed, 8 ans, à l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), à Maiduguri, État de Borno, Nigéria.  © HCR/ Rahima Gambo
  • Fannah Mohammed Ali, 16 ans, au Collège Treasures Richfield. Maiduguri, État de Borno, Nigéria.
    Fannah Mohammed Ali, 16 ans, au Collège Treasures Richfield. Maiduguri, État de Borno, Nigéria.  © HCR/Rahima Gambo
  • M. Mustapha et les élèves avant l'assemblée du matin à l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), Maiduguri, État de Borno, Nigéria.
    M. Mustapha et les élèves avant l'assemblée du matin à l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), Maiduguri, État de Borno, Nigéria.  © HCR/Rahima Gambo
  • Des élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), en cours d'éducation physique, Maiduguri, État de Borno, Nigéria.
    Des élèves de l'École de la Fondation islamique des prouesses futures (I), en cours d'éducation physique, Maiduguri, État de Borno, Nigéria.  © HCR/Rahima Gambo

En 2007, Mustapha a fondé une école à Maiduguri, capitale de l'État de Borno et épicentre de l'insurrection de Boko Haram. L'école est restée ouverte tout au long du conflit avec Boko Haram qui a causé la mort de 20 000 personnes dans toute la région du Lac Tchad et le déplacement de millions d'autres.

L'école fournit gratuitement aux jeunes victimes de violence une éducation, des repas, un uniforme et des soins de santé. Les orphelins des deux parties au conflit sont accueillis dans les classes de Mustapha, symbole de la réconciliation qu'il espère instaurer dans la région.

« L'éducation est l'un des outils les plus puissants pour aider les enfants réfugiés à surmonter les horreurs, les violences et les déplacements forcés. »

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

L'action menée par Mustapha dans la région vise aussi à assurer une médiation entre Boko Haram et le Gouvernement nigérian. Ses efforts ont permis la libération de plus de 100 des collégiennes kidnappées de Chibok. Plus récemment, Mustapha a fait don de terres lui appartenant à 800 familles déplacées. Depuis la création d'abris et l'installation d'une pompe d'irrigation, ces familles peuvent désormais subvenir à leurs besoins et vendre leurs produits sur les marchés locaux.

Nansen Award winner's school build peace and hope

« Cette école vise à promouvoir la paix. C'est un lieu où chaque enfant compte. « Ces enfants pourront s'autonomiser, s'autonomiser au point qu'ils pourront s'en sortir tous seuls. » Zannah Mustapha

Sur une période de 10 ans, l'école est passée de 36 à 540 élèves. Désireux d'étudier à tout prix, des milliers d'autres enfants ont ajouté leurs noms à la liste d'attente. En 2016, Mustapha a ouvert un second établissement à quelques kilomètres seulement du premier. Quatre-vingt-huit enfants, tous rescapés du conflit qui sévit dans la région, passent les portes de l'école chaque jour.


Les finalistes 2017

Depuis 2017, la distinction Nansen honore également cinq finalistes inspirants à travers le monde.

Chaque lauréat a été sélectionné dans une région différente et tous reflètent l'esprit de Fridjtof Nansen par leur courage et leur détermination à améliorer la vie d’autrui.

Afrique

Une organisation dirigée par des réfugiés transforme l'éducation en Ouganda

Une organisation dirigée par des réfugiés transforme l'éducation en Ouganda

CIYOTA a été établi par un groupe d'adolescents réfugiés dans le camp de réfugiés de Kywangali, en Ouganda. Le groupe a transformé le système éducatif, créé sa propre école primaire et offre des bourses d'études secondaires. Voir la vidéo  (en anglais)


Amériques

Un Frère mexicain offre un havre de paix aux réfugiés

Frère Tomas: Ce frère mexicain offre un havre de sécurité aux réfugiés

Le frère Tomas a consacré toute sa vie à la protection des réfugiés et des migrants au Mexique. Son refuge « La 72 » est devenu un symbole d'espoir et assure la protection de milliers de familles désespérées qui fuient la violence en Amérique centrale.


Asie

Un Frère mexicain offre un havre de paix aux réfugiés

Frère Bernard: Cet homme est devenu une bouée de sauvetage pour les réfugiés en détention

Frère Bernard a consacré vingt ans à soutenir les réfugiés et les demandeurs d'asile en détention à Bangkok. Il leur assure un soutien et recueille des fonds pour leur libération sous caution.


Europe

Le sport, voie d'accueil des réfugiés en Suède

Le sport, voie d'accueil des réfugiés en Suède

L'organisation Hej Framling! (Salut à toi, l'étranger!) intègre les réfugiés dans la vie suédoise grâce à la plus grande passion des Suédois: les activités de plein air.


Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le « médecin des pauvres » à Damas

Le "docteur des pauvres" à Damas

Le Dr Ezedeen vient en aide à des milliers de Syriens déplacés à Jaramana, une ville du district de Damas. Offrant des soins de santé gratuits, ce médecin travaille jour et nuit pour aider les personnes forcées de fuir leurs foyers en Syrie

Lire l'extraordinaire histoire du Dr. Ezedeen (en anglais)