En RDC, de nouvelles violences génèrent des déplacements vers l'Ouganda

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Cécile Pouilly – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 22 décembre 2017 au Palais des Nations à Genève.

De jeunes réfugiés de la République démocratique du Congo se rendent à l'école dans l'installation de réfugiés de Kyangwali, district de Hoima. 8 août 2017.   © HCR/Isaac Kasamani

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les Réfugiés, observe une forte augmentation du nombre de personnes originaires de la République démocratique du Congo (RDC) qui rejoignent l’Ouganda en quête de sécurité.

Plus de 2 650 réfugiés ont franchi la frontière cette semaine, après avoir fui de nouvelles violences dans la province de l'Ituri en RDC. C’est cinq fois le nombre habituel d'arrivants et la plupart sont des femmes et des enfants.

La majorité des réfugiés traversent le lac Albert à bord de bateaux de pêche et ils arrivent à Sebagoro, un village situé à 270 kilomètres au nord-ouest de Kampala, la capitale ougandaise. Environ 650 réfugiés sont arrivés à bord de deux bateaux ce matin. Ils transportaient avec eux des objets de valeur comme des motos et du bétail.

Cet itinéraire est emprunté par un grand nombre de réfugiés pour la première fois après un naufrage tragique en 2014 qui avait causé la mort de plus de 200 personnes.

Les nouveaux arrivants en Ouganda auraient fui la violence intercommunautaire sur le territoire de Djugu. Depuis lundi, selon certaines informations, des maisons ont été brûlées dans la région et des civils ont été attaqués à la machette et avec des armes à feu.

Plus de 20 villages ont été abandonnés par crainte de représailles. Les services ont cessé de fonctionner et la population est prise de panique.

Selon les réfugiés, encore davantage de civils sont rassemblés du côté congolais du lac Albert en attendant de pouvoir effectuer la traversée, malgré le coût élevé du voyage.

En Ouganda, le HCR renforce sa capacité pour répondre aux besoins des réfugiés. Nous apportons un appui aux autorités pour accueillir les nouveaux arrivants et les transférer dans l’installation de Kyangwali, à environ 50 kilomètres à l'est. Sur place, les réfugiés sont enregistrés, ils passent un examen médical et ils reçoivent des repas chauds et des articles de première nécessité.

Le HCR fait son possible dans l’installation de réfugiés pour identifier et aider les personnes ayant des besoins spécifiques, y compris les enfants non accompagnés et séparés, les survivants de la violence sexuelle et sexiste, les femmes enceintes et les personnes handicapées.

Toutefois, l'opération du HCR en Ouganda n'étant financée qu'à hauteur de 39 %, il est urgent d'augmenter les ressources afin de renforcer les capacités d'accueil et aider les nouveaux arrivants. C’est primordial, étant donné que l'Ouganda accueille déjà le plus grand nombre de réfugiés en Afrique - environ 1,4 million au total.

Parmi eux, on compte 231 500 Congolais. La plupart ont fui les violences dans le Nord-Kivu, une région en proie à une instabilité chronique dans l'est de la RDC.

Au total, le nombre de réfugiés congolais dans les pays voisins a augmenté de près de 100 000 personnes en un an, pour atteindre plus de 623 000 à la fin novembre.

Les réfugiés congolais sont accueillis en Ouganda, au Rwanda et en Tanzanie, avec des flux importants vers l'Angola et la Zambie en 2017. Les réfugiés s'ajoutent aux quelque 4,1 millions de Congolais déplacés internes, ce qui fait de la RDC le pays qui compte le plus grand nombre de personnes déracinées en Afrique.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter: