Yémen : Du fait de la détérioration des conditions, une catastrophe humanitaire se profile

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 10 février 2017 au Palais des Nations à Genève.

Environ 200 familles déplacées vivent dans une installation informelle à Dharwan, au Yémen. La poursuite des hostilités au Yémen a forcé plus de trois millions de personnes à fuir en quête de sécurité.   © HCR / Mohammed Hamoud

Au Yémen, les combats dans les districts côtiers (Al Mokha et Dhubab) dans le gouvernorat de Taizz à l’ouest du pays se répandent à l'intérieur des terres (dans les districts d'Al Wazi'iyah et Mawza). De ce fait, plus de 34 000 personnes ont fui leurs foyers. Quelque 28 000 personnes sont déplacées dans d'autres districts de Taizz, tandis que 2 600 autres ont fui vers le gouvernorat voisin d'Al Hudaydah. Quelques-unes ont également été déplacées vers l'est du pays (vers les gouvernorats de Lahj et Ibb).

Le HCR a mobilisé des équipes d'évaluation dans les sites de déplacés dans le district de Hudaydah à Ibb et celui de Maqbanah à Taizz, où sont accueillies des personnes récemment déplacées. Elles ont commencé à fournir une aide d'urgence, y compris des articles de première nécessité et des abris.

A Hudaydah, 3633 personnes déplacées ont déjà bénéficié d’une aide comprenant des articles de secours - des matelas, des nattes de couchage, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des seaux - ainsi que des abris d'urgence. Des distributions supplémentaires pour des personnes nouvellement déplacées dans d'autres districts du gouvernorat de Hudaydah sont également prévues pour couvrir les besoins de 5131 personnes, sous réserve de permis d'accès et de questions de sécurité. A Ibb, le HCR fournit également une assistance à 301 personnes déplacées et originaires d'Al Mokha et de Dhubab.

Le HCR négocie actuellement la possibilité d’effectuer des livraisons d'aide d'urgence à 6342 personnes dans le district de Maqbanah à Taizz. En raison des opérations militaires en cours, l'accès humanitaire demeure un défi majeur, mais le HCR a engagé des négociations intenses avec les autorités compétentes pour fournir une assistance dans les zones difficiles d'accès.

Avec l’intensification des hostilités, la situation sur le terrain devient de plus en plus dangereuse pour le personnel du HCR sur le terrain. Mardi, deux de nos collègues ont échappé de justesse à un missile tombé près de leur véhicule à Az Zaydiyah, à moins de 60 kilomètres de la ville de Hudaydah. Nos collègues sont sains et saufs, mais ils ont été secoués par l'incident.

Parallèlement à la situation dans le gouvernorat de Taizz, le conflit entraîne une détérioration des conditions à travers tout le Yémen. Bien que le pays soit au bord d'une catastrophe humanitaire, le soutien financier nécessaire pour faire face à la crise de déplacement au Yémen demeure malheureusement insuffisant.

Nous appelons à un soutien urgent de la communauté internationale pour répondre aux besoins critiques et prioritaires, car nos opérations d’aide aux déplacés yéménites font face à un manque critique de financement. Début 2017, nous avons reçu moins d’un pour cent des ressources nécessaires pour nos opérations au Yémen et ce manque de soutien limite notre capacité de réponse.

Au 1er février 2017, le HCR n'avait reçu que 738 303 dollars sur les 99,6 millions de dollars dont nous avons besoin pour notre opération d’aide au Yémen cette année.