Nouvelle offensive de Mossoul: l'accueil des déplacés est de nouveau prioritaire

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Matthew Saltmarsh – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 21 février 2017 au Palais des Nations à Genève.

Haytham et son fils viennent de recevoir des articles de secours au camp de Hasansham. Ils avaient fui l'ouest de Mossoul, tenu par les millitants, trois jours avant de traverser le fleuve Tigris une nuit à bord d'un petit bateau en bois. A son arrivée au camp de Hasansham, géré par le HCR, Haytham a déclaré: « Je suis si heureux que je pourrais en pleurer »   © HCR / Ivor Prickett

Avec les nouvelles opérations militaires en cours à Mossoul, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, concentre ses efforts sur la construction de camps pour abriter un grand nombre de personnes éventuellement déplacées par le regain des combats.

Selon les estimations, quelque 250 000 personnes pourraient être déplacées. Près de 217 000 personnes ont déjà fui les hostilités depuis le 17 octobre dernier, dont environ 160 000 sont toujours déplacées. D'autres sont retournées chez elles dans des zones nouvellement reprises. Toutefois la situation demeure instable et terrifiante pour les personnes prises au piège ou affectées par les combats.

Le HCR dispose actuellement de huit camps ouverts ou achevés. Un autre camp est en construction. Des travaux devraient débuter prochainement pour un nouveau site (Hamam Al Alil), au sud de Mossoul. Actuellement, des places sont disponibles en réserve dans trois camps existants à l'est de Mossoul (Hasansham U3, Khazer M1 et M2), pour 12 700 personnes supplémentaires. Par ailleurs, 1000 parcelles de terrain sont prévues pour Khazer M2. Il y a également des places disponibles pour 14 400 personnes dans le camp de Chamakor nouvellement construit par le HCR, où 500 tentes ont déjà été montées.

Le Gouvernement iraquien a décidé de transporter d’abord les personnes déplacées depuis l'ouest de Mossoul vers des camps situés à l'est, tandis que de nouvelles capacités d’accueil sont ajoutées dans le sud. Le HCR a été invité à apporter son appui à un nouveau site gouvernemental à Hamam Al-Alil, à 20 kilomètres au sud de Mossoul. Beaucoup parmi les personnes fuyant l'ouest de Mossoul devraient rejoindre Hamam Al-Alil à pied. Ce site abritera jusqu'à 60 000 personnes. L’un des camps sur ce site sera construit par le HCR. Un autre, qui a été construit par le gouvernement et ayant une capacité initiale d’accueil de 24 000 personnes, sera géré par le HCR.

Il se pourrait que l'exode s’élève à 250 000 déplacés. De ce fait, il sera impossible d'accueillir un si grand nombre sur les terrains existants. Nous avons identifié d'autres terrains qui pourraient être utilisés pour y établir des camps, une fois que les lignes de front auront évolué.

Parallèlement, les conditions dans l'ouest densément peuplé de la ville se détériorent, selon des informations et des témoignages. De ce fait, le bien-être des civils est fortement préoccupant. Il y a des pénuries de nourriture, d'eau, de carburant et de médicaments. La moitié des magasins d'alimentation ont fermé et la plupart des habitants n’accèdent qu’à de l'eau non traitée. Les prix des denrées alimentaires ont fortement augmenté. Selon certaines informations, des familles feraient brûler des meubles, des vêtements et du plastique pour se tenir au chaud. Les conditions se détérioreront si les civils ne sont pas en mesure de fuir les combats.

Durant la bataille pour la reprise de l'est de Mossoul, la protection des civils a été privilégiée dans la planification et les activités militaires. Le HCR espère que ce principe continuera à être respecté. Cependant, la nouvelle bataille sera différente. L'ouest de la ville est densément peuplé, avec de nombreuses rues étroites, et les combats se dérouleront rue par rue. Des groupes armés ont construit un réseau de tunnels.

A cause de l'insécurité et de récents attentats-suicides dans l'est de Mossoul, certaines familles - qui avaient choisi de rentrer chez elles - retournent dans les camps en quête de sécurité.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter: