Le HCR demande un meilleur accès; des milliers de civils fuient Raqqa

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 13 juin 2017 au Palais des Nations à Genève.

A Qamishli, en Syrie, une infirmière tient deux jeunes enfants dans ses bras. Ils ont survécu à l'explosion d'une mine antipersonnel alors que leur famille tentait de fuir la ville de Raqqa en proie au conflit. Leur mère a été tuée, leur père, Mustafa, est gravement blessé.  © HCR/Areej Kassab

De violents combats se déroulent actuellement dans la ville de Raqqa. Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle à un accès plus large et soutenu afin que nous puissions atteindre des dizaines de milliers de civils ayant désespérément besoin d'aide humanitaire.

Plus de 430 000 personnes auraient besoin d’aide dans le gouvernorat d'Ar-Raqqa. Durant le seul mois de mai, plus de 100 000 personnes ont été déplacés. L’opération du HCR sur le terrain pour l’aide aux personnes déracinées est étroitement coordonnée avec des agences sœurs des Nations Unies et d'autres partenaires humanitaires.

Toutefois, du fait des besoins croissants et de l’augmentation des déplacements de populations, l'accès sur le terrain est difficile. Des articles de secours sont transportés par avion depuis Damas à Qamishli – ce qui est coûteux et complexe. Jusqu'à présent, il n'était pas possible d’emprunter les routes pour transporter du matériel. Avec les partenaires, nous continuons à explorer tous les moyens possibles pour l'approvisionnement et nous travaillons avec les autorités afin d’améliorer l’accès aux personnes dans le besoin.

Les déplacés ayant fui les combats trouvent refuge dans de nombreux endroits. Beaucoup sont déplacés plus d'une fois. Des dizaines de milliers de personnes rejoignent des camps ou des sites de transit puis elles passent rapidement vers d'autres zones ou retournent dans leur lieu d'origine. Les niveaux d'accès humanitaire varient selon la sécurité et la logistique.

Au camp de Mabrouka à Hassakeh, où environ 1 700 personnes ont trouvé refuge, un accès régulier pour le HCR et d'autres organismes humanitaires est possible. Le HCR y distribue des articles de secours, monte des tentes et continue de travailler pour améliorer les conditions de vie et les installations.

Dans le camp d'Ein Issa - situé au nord de la ville de Raqqa et abritant environ 9000 personnes dans ou à proximité immédiate du camp - les conditions sont plus difficiles. Le taux de rotation y est élevé - environ 1000 personnes arrivent et quittent le camp chaque jour. Près de 20 000 personnes sont arrivées au camp en une seule semaine à la fin mai - la majorité d’entre elles repartent rapidement. Les agences humanitaires, y compris le HCR, ont eu un accès sporadique dans ce camp.

Ein Issa est situé à plus de cinq heures de route depuis le bureau du HCR à Qamishli, où est coordonnée notre réponse pour l’aide aux déplacés de Raqqa. Avec nos partenaires, nous distribuons des articles de secours et équipons l'infrastructure du camp pour améliorer les conditions et renforcer la capacité à répondre aux besoins des nouveaux arrivants. Des dizaines de milliers d'articles de secours d'urgence ont déjà été livrés dans les deux camps.

Les besoins sont actuellement évalués dans d'autres régions où une population importante fuit également les combats. À Al-Iskandariyeh près de Tabqa, on estime que 25 000 personnes sont arrivées en mai, la plupart d'entre elles étant déjà reparties vers d'autres endroits. À Al-Hamrat près de Karama, environ 11 000 personnes ont trouvé refuge dans une installation de fortune. Environ 40 000 personnes restent déplacées dans diverses installations à Karama.

Dans les prochains jours et semaines, le HCR et ses partenaires continueront de fournir de l'aide aux personnes dans le besoin et d'intensifier leur réponse lorsque les conditions d'accès et de sécurité le permettent. Des articles de secours pour 50 000 personnes sont pré-positionnées. Des tentes supplémentaires et des kits d'abris d'urgence sont transférés dans la région. La capacité des camps est renforcée. Les agences humanitaires s'emploient à trouver les moyens les plus efficaces pour aider les personnes dans le besoin dans ce qui reste une zone de conflit où les mines et les munitions non explosées sont courantes.

Selon des informations crédibles sur les décès de civils, nous rappelons à toutes les parties leur obligation de se conformer au droit international humanitaire - les civils doivent être protégés et ne jamais devenir des cibles.

Des ressources sont également nécessaires. Le financement ne répond pas aux besoins sur le terrain. Le HCR en Syrie a besoin d'urgence de 37 millions de dollars pour continuer à répondre aux nouveaux déplacements, y compris l’établissement de camps pour 45 000 personnes nouvellement déplacées. Le plan inter-agences d’aide aux déplacés de Raqqa, qui comprend le HCR et d'autres agences des Nations Unies, a reçu seulement 29 millions de dollars sur les 153 millions de dollars nécessaires. Il est essentiel d'avoir accès, des ressources et des conditions de sécurité suffisantes pour continuer à répondre à cette toute dernière vague de déplacements et soulager la souffrance des civils déjà en difficulté et terrifiés.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter: