Le HCR observe des retours significatifs de déplacés internes, alors que le conflit se poursuit en Syrie

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 30 juin 2017 au Palais des Nations à Genève.

Dans le quartier fortement endommagé d'Al-Shaar, un quartier d'Alep-Est, des familles de retour et des habitants déplacés reçoivent une aide du HCR à un point de distribution géré par l'organisme de charité Al Ihsan. Mars 2017.  © HCR/ Hameed Marouf

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, observe une tendance notable de retours spontanés vers et à l’intérieur de la Syrie en 2017.

Selon les organisations humanitaires, plus de 440 000 déplacés internes sont rentrés chez eux en Syrie au cours des six premiers mois de cette année. Parallèlement, le HCR a déjà observé le retour de plus de 31 000 réfugiés syriens depuis des pays voisins en 2017. Depuis 2015, environ 260 000 réfugiés sont retournés spontanément en Syrie, principalement depuis la Turquie vers le nord de la Syrie.

Les facteurs influençant les décisions des réfugiés pour un retour spontané principalement vers Alep, Hama, Homs, Damas et à d'autres gouvernorats sont majoritairement liés à la recherche de proches, la surveillance de leurs biens et, dans certains cas, à une amélioration réelle ou perçue des conditions de sécurité dans certaines régions du pays.

Compte tenu des retours déjà observés cette année et du nombre accru de retours de déplacés internes et de réfugiés, le HCR a commencé à intensifier ses capacités opérationnelles en Syrie. Afin de répondre aux besoins initiaux des déplacés de retour, le HCR - dans le cadre de la réponse globale de l'ONU en Syrie - élargira l’aide humanitaire et les efforts de protection, avec notamment la prestation de services en matière de protection, l'amélioration des conditions d'hébergement, l'aide à la réhabilitation de certaines infrastructures essentielles et des services élémentaires, et ce en étroite coordination avec les partenaires et les organisations chef de file par secteurs.

Hors de la Syrie, le HCR intensifie le suivi des mouvements frontaliers et analyse les intentions des réfugiés pouvant mener à des changements et au retour en Syrie, tout en veillant à placer l’opinion des réfugiés au centre de toute planification concernant les retours.

Bien qu'il y ait un espoir globalement accru après les récentes négociations de paix d'Astana et de Genève, le HCR estime que les conditions de retour en toute sécurité et dans la dignité pour les réfugiés ne sont pas encore en place en Syrie. La durabilité des améliorations de la sécurité dans de nombreuses régions de retour est incertaine. Par ailleurs, il subsiste des risques importants en matière de protection pour des retours librement consentis, dans la sécurité et la dignité dans certaines régions du pays. L'accès à la population déplacée interne en Syrie demeure un défi majeur. Les convois d'aide n’ont pas d’accès régulier, même dans des zones nouvellement accessibles.

D'autres défis pour des retours durables et à grande échelle incluent des possibilités limitées pour les moyens d’existence, des pénuries alimentaires et en eau potable, des prestations sporadiques ou inexistantes, pour les services sociaux, de santé et autres services élémentaires. Beaucoup d'écoles syriennes ont été endommagées ou détruites et n'offrent aucune possibilité d'éducation.

A ce stade, et alors que le HCR investira pour aider, avec d'autres partenaires, à améliorer les conditions dans les zones accessibles en Syrie, les retours de réfugiés depuis les pays hôtes ne peuvent être ni encouragés ni facilités par le HCR.

Pour les cinq millions de réfugiés généreusement accueillis dans la région et en dépit de certains retours spontanés, il est manifestement nécessaire de continuer à financer et à soutenir les programmes d’assistance dans les pays d'accueil, principalement via l’appel de fonds et la stratégie interagence présentés dans le Plan 3RP (Plan régional pour les réfugiés et la résilience).

Il est essentiel de continuer à assurer l'accès aux systèmes d’asile pour les réfugiés syriens ainsi que de préserver la capacité et les conditions afin qu'ils restent dans les pays d'accueil. Parallèlement, nous continuerons également à surveiller les mouvements de retour, à planifier et à mettre en œuvre notre réponse tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Syrie en partenariat avec les agences des Nations Unies et les ONG dans le cadre de la réponse globale de l'ONU en Syrie. A cet égard, le HCR met en oeuvre un certain nombre d'étapes préparatoires, en prévision du moment où le rapatriement librement consenti des réfugiés pourra se dérouler en toute sécurité et dans la dignité.

Sur la somme de 304 millions de dollars que le HCR a demandée pour les opérations 2017 d’aide aux déplacés internes en Syrie, 103 millions de dollars (soit 33%) ont été reçus. Le HCR va lancer un appel de fonds supplémentaire de 150 millions de dollars en 2017 pour augmenter ses efforts en Syrie afin de venir en aide aux personnes déplacées, aux rapatriés et à d’autres personnes vulnérables, et pour aider à améliorer les conditions dans les zones de retour potentielles.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter: