Selon une étude, les réfugiés syriens au Liban se sont appauvris et sont devenus plus vulnérables en 2017

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 09 janvier 2018 au Palais des Nations à Genève.

Une réfugiée syrienne et son fils devant leur abri à Ghazieh, Saïda, Liban.   © HCR / Sebastian Rich

Selon une nouvelle enquête réalisée par le HCR, l'UNICEF et le PAM, les réfugiés syriens au Liban sont plus vulnérables que jamais : plus de la moitié d'entre eux vivent dans une pauvreté extrême et plus des trois quarts vivent sous le seuil de pauvreté. Sept ans après le début de la crise, les réfugiés syriens vivant au Liban ont de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts et dépendent plus que jamais de l'aide internationale – dans un contexte d'avenir incertain pour le financement humanitaire en 2018.

L’étude annuelle d'Évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens montre que 58 pour cent des ménages vivent dans une pauvreté extrême — avec moins de 2,87 dollars par personne par jour. Ce chiffre représente une augmentation de 5 pour cent par rapport à l'année dernière. Et le nombre de ménages vivant sous le seuil général de pauvreté — moins de 3,84 dollars par jour – n’a lui aussi cessé d’augmenter. 76 pour cent des ménages de réfugiés vivent sous ce seuil.

Ce sont ainsi plus des trois quarts des réfugiés syriens installés au Liban qui vivent de moins de 4 dollars par jour, ce qui ne leur laisse que des ressources s'amenuisant pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. Les ménages de réfugiés dépensent aujourd'hui en moyenne tout juste 98 dollars par mois et par personne – dont 44 dollars pour se nourrir.

L'emprunt d'argent pour se nourrir, payer des soins de santé et un loyer est extrêmement répandu, et près de neuf réfugiés sur 10 indiquent qu'ils ont des dettes. Cette situation souligne l’extrême vulnérabilité à laquelle font face la plupart des réfugiés au Liban.

L'insécurité alimentaire reste également à un niveau critique, puisqu'elle affecte 91 pour cent des ménages à différents niveaux. Mais la vulnérabilité des réfugiés se manifeste également dans d'autres domaines. L'obtention d'un permis de séjour légal constitue toujours un défi, ce qui expose les réfugiés à un risque accru d’arrestation, compromet la possibilité de faire enregistrer leur mariage et induit des difficultés supplémentaires et quotidiennes pour trouver du travail, envoyer leurs enfants à l'école ou se faire soigner.

Seuls 19 pour cent des familles déclarent que tous leurs membres disposent d’un titre de séjour légal, un chiffre en baisse par rapport aux 21 pour cent en 2016. Plus alarmant encore, la proportion de foyers où personne n'a de permis de séjour a considérablement augmenté. Globalement, 74 pour cent des réfugiés syriens interrogés âgés de 15 ans ou plus n'ont pas de permis de séjour légaux au Liban.

L'étude met par ailleurs à jour que 17 pour cent seulement des parents réfugiés parviennent à s'acquitter de toutes les étapes de la procédure d'enregistrement de la naissance de leurs enfants – mais, grâce aux efforts conjugués du HCR et du gouvernement, un pourcentage plus élevé des familles parvient à effectuer au moins les deux premières étapes de la procédure et la quasi-totalité des familles (96%) obtiennent un avis de naissance délivré par l'hôpital ou la sage-femme.

De manière globale, les constats de l'étude dressent un tableau alarmant de la vulnérabilité croissante à laquelle sont confrontés les réfugiés syriens au Liban. Sept ans après le début de la crise, ils dépendent plus que jamais de l'aide humanitaire, et plus de deux tiers d'entre eux déclarent avoir été tributaires d'une forme ou d’une autre d'assistance au cours des trois derniers mois. Les opportunités d'autosuffisance sont extrêmement limitées dans ce pays dont l'économie est profondément touchée par le conflit dans la Syrie voisine. Et les financements extérieurs ne suffisent pas pour répondre aux besoins croissants. Pour 2017, au début décembre, seuls 36 pour cent du total des fonds nécessaires au financement d'une aide humanitaire adéquate au Liban avaient été reçus.

Dans le cadre du Plan d'action pour la crise au Liban, 2,7 milliards de dollars supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins en 2018. En amont des conférences de Paris et Bruxelles organisées pour mobiliser un plus grand soutien en faveur de l'action humanitaire, et pour le Liban en particulier, il est plus essentiel que jamais que les donateurs tiennent le cap dans un contexte de pauvreté et de vulnérabilité croissante, qui épuise également la capacité d'intervention en faveur des membres de la population locale confrontés à des ressources limitées et de la prévention de tensions entre les réfugiés et la population libanaise qui les accueille.

 

Contexte :

Cette cinquième Étude annuelle de la vulnérabilité des réfugiés syriens a conduit les enquêteurs à rencontrer 5 000 familles de réfugiés sélectionnées au hasard dans 26 régions du Liban. Cette enquête est déterminante pour l’adaptation des programmes d'aide humanitaire au Liban et elle permet de déceler les tendances économiques et sociales.

 

Pour de plus amples informations sur ce sujet, veuillez svp contacter :