Intempéries sans précédent dans les camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh ; les efforts de relocalisation battent leur plein

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR William Spindler – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 10 août 2018 au Palais des Nations à Genève.

Une famille rohingya relocalisée par le HCR en juin 2018 se tient devant son abri au Bangladesh.

Une famille rohingya relocalisée par le HCR en juin 2018 se tient devant son abri au Bangladesh.   © HCR / David Azia

Alors que la mousson est l'une des plus fortes depuis des années dans la région de Cox's Bazar, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, en collaboration avec les autorités et les partenaires bangladais, fait pression pour la relocalisation de milliers de familles réfugiées rohingyas exposées à un risque élevé en termes de glissements de terrain et d'inondations. Près de 24 000 réfugiés ont déjà été transférés vers des zones plus sûres, soit plus de la moitié des 41 000 personnes qui devaient être relocalisées.

L’épisode le plus difficile parmi les mesures de préparation à la mousson et d'intervention d'urgence a eu lieu à la fin juillet, avec des précipitations extrêmement fortes dans le district de Cox's Bazar. Environ 463 mm de pluie sont tombés durant la seule journée du 25 juillet. Les précipitations en juin et en juillet ont été supérieures à 1000 mm. Cela représente plus de la moitié des précipitations annuelles moyennes pour cette région et un écart frappant par rapport à la moyenne mensuelle à long terme qui est de 500 mm pour juin et de 600 mm pour juillet.

Les camps de réfugiés ont largement résisté aux tempêtes de mousson, prouvant le résultat positif de plusieurs mois d'efforts d’efforts dans ce sens.

Cependant, depuis le 11 mai, on estime à 49 000 le nombre de réfugiés touchés par les intempéries - plus de 25 000 par des vents violents et des tempêtes, plus de 15 000 par des glissements de terrain et 5400 par des inondations. Par ailleurs, plus de 3000 réfugiés ont déjà été touchés par l'engorgement des sols et des incendies.

Des douzaines d'incidents mortels et autres sont évités quotidiennement grâce à une action rapide. Le HCR et ses partenaires, qui appuient les efforts déployés par le Bangladesh, ont rapidement mobilisé des équipes d'urgence pour soutenir et apporter une aide d'urgence à des milliers de familles réfugiées frappées par les intempéries. Des centaines de réfugiés bénévoles formés, y compris des membres des services d'approche communautaire, des bénévoles de l'Unité de sécurité et des travailleurs communautaires de santé, ont été mobilisés et ont reçu un soutien. La formation dispensée à ces volontaires ces derniers mois a été mise à l'épreuve au cours des dernières semaines. Leurs efforts sont empreints de cohésion, de courage, d'organisation et de coordination.

Ces activités vont de pair avec des efforts intenses et continus pour assurer que les vastes camps de réfugiés puissent faire face aux intempéries. L'échelle des efforts est immense comme, par exemple, le camp de réfugiés de Kutupalong, qui abrite plus de 600 000 réfugiés sur 13 kilomètres carrés et qui est aujourd'hui le plus vaste camp de ce type dans le monde.

Jusqu'à présent, 32 kilomètres de routes ont été construites (y compris des routes en briques, des chemins piétonniers et la voie principale pour l’acheminement logistique à l’intérieur du site de Kutupalong construite par les forces armées bangladaises) ; 45 kilomètres d'escaliers ; 63 kilomètres de murs de soutènement et de structures ; 94 kilomètres de drainage achevés ou réparés ; 2 324 mètres de ponts. Nous avons également prépositionné 116 conteneurs de stockage avec de l'aide d'urgence et amélioré 20 bâtiments et installations communautaires dans les communautés d'accueil bangladaises.

Onze mois après le début de la crise des réfugiés rohingyas, la réponse humanitaire au Bangladesh demeure axée sur la satisfaction des besoins humanitaires massifs et l'atténuation de l'impact des moussons. Un soutien international supplémentaire est nécessaire pour intensifier l'aide, qui ne se limite plus à l'aide humanitaire au quotidien, mais s'efforce de relever les défis à moyen terme.

A ce jour, le Plan conjoint des Nations Unies pour l’aide et la situation des réfugiés rohingyas au Bangladesh n'est financé qu'à hauteur de 32 %. Le HCR est reconnaissant des contributions généreuses déjà reçues de la part des donateurs multilatéraux, étatiques et privés, mais des fonds supplémentaires sont nécessaires d'urgence pour venir en aide aux réfugiés et à leurs communautés d'accueil au Bangladesh.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :