Le HCR consterné par l'attaque d'un bateau de réfugiés au large du Yémen

Déclaration de William Spindler, porte-parole du HCR

Inquiétude visible de ces réfugiés somaliens qui s'apprêtent à embarquer sur un bateau de passeurs pour quitter la Somalie vers le Yémen, novembre 2007.   © Alixandra Fazzina

Le HCR est consterné par la mort de réfugiés qui traversaient la mer Rouge depuis le Yémen vers le Soudan après l'attaque de leur bateau au large du gouvernorat d'Al Hudaydah, sur la côte ouest du Yémen, dans la nuit de jeudi. 

Selon les toutes dernières informations disponibles, le bateau transportait 140 passagers. Pour l'heure, 32 personnes auraient perdu la vie et 30 autres seraient blessées. Le HCR poursuit ses investigations pour vérifier ces informations.

Les équipes du HCR sur le terrain suivent la situation afin d’apporter un soutien immédiat aux survivants et aux familles des personnes tuées.

Étant donné la détérioration des conditions au Yémen sous l'effet de l'extension du conflit et de la crise humanitaire, les réfugiés et les demandeurs d'asile sont de plus en plus nombreux à fuir en empruntant les routes migratoires connues, notamment en traversant la mer Rouge pour rejoindre le Soudan et poursuivre le voyage jusqu'en Europe. Ce tragique incident est le dernier d'une longue liste où des civils innocents, dont des Yéménites, des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants, continuent de souffrir et sont les premiers à subir les conséquences du conflit au Yémen.

Le HCR réitère son appel à toutes les parties engagées dans le conflit au Yémen afin qu’elles fassent le maximum pour protéger les civils.

Le Yémen accueille plus de 255 000 réfugiés somaliens. L'an dernier, plus de 117 000 réfugiés et migrants sont arrivés dans le pays. En février, le HCR a lancé une vaste campagne pour sensibiliser ceux qui fuient l'Afrique via le golfe d'Aden et la mer Rouge pour rejoindre le Yémen où la guerre fait rage et les prévenir des conditions épouvantables et de l'aggravation des risques durant cette traversée.