Le HCR appelle à suspendre les renvois de demandeurs d'asile vers la Hongrie, selon le règlement Dublin de l'UE

Des demandeurs d'asile se reposent dans leur chambre au centre de réception de Debrecen.  © HCR/ Béla Szandelszky

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a appelé ce jour à la suspension temporaire, par d'autres pays européens, de tous les renvois de demandeurs d'asile vers la Hongrie, en application du règlement Dublin. Le règlement Dublin est un instrument européen déterminant l'État européen responsable de l'examen d'une demande d'asile.

« Déjà jugée très préoccupante par le HCR, la situation des demandeurs d'asile en Hongrie n'a fait que s'aggraver depuis l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi imposant leur détention », a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. 

« Compte tenu de la détérioration de la situation des demandeurs d'asile en Hongrie, j'appelle les États à suspendre tout renvoi de demandeurs d'asile vers ce pays, au titre du règlement Dublin, jusqu'à ce que les autorités hongroises alignent leurs pratiques et leurs politiques sur le droit européen et le droit international », a-t-il ajouté.

Le Haut Commissaire s’est dit « encouragé » par le fait que la Commission européenne ait décidé de travailler avec les autorités hongroises afin de mettre la nouvelle loi et les pratiques actuelles en conformité avec le droit européen, notant parallèlement que « des mesures doivent être introduites d'urgence pour améliorer l'accès au droit d'asile en Hongrie. »

Le HCR a réitéré à maintes reprises ses préoccupations quant à la situation des réfugiés et des demandeurs d'asile arrivant en Hongrie, aux autorités de ce pays comme à l'UE, soulignant que les obstacles physiques et les politiques restrictives ont eu pour effet d'empêcher l'accès au territoire hongrois comme au droit d'asile dans ce pays.

Les « mesures d'urgence » prévues par la loi hongroise modifiée sur l’asile étendent les prescriptions de détention des demandeurs d'asile et autorisent l'expulsion hors du territoire national de toute personne qui entre irrégulièrement dans le pays, en violation des obligations du pays au titre du droit international.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi le 28 mars, de nouveaux demandeurs d'asile, dont des enfants, sont détenus à la frontière dans des conteneurs de transport maritime entourés de fils de fer barbelés pendant toute la durée des procédures d'asile. Au 7 avril, 110 personnes y étaient détenus, dont quatre enfants non accompagnés et des familles avec enfants.

« Tout en reconnaissant les efforts récents des autorités pour mettre fin aux violences policières, nous restons très préoccupés en raison d’informations extrêmement inquiétantes sur de graves incidents de mauvais traitements et de violences — y compris de la part d’agents de l'État — envers les personnes qui traversent la frontière pour passer en Hongrie », a déclaré Filippo Grandi. « Il faut mettre un terme à ces pratiques inacceptables et j'exhorte les autorités hongroises à enquêter sur toute allégation d'abus et de violence », a-t-il ajouté.

En décembre dernier, le HCR a présenté à l'UE et aux États membres une série de propositions visant à améliorer la répartition des demandes d'asile entre les États européens. Le Haut Commissaire a également appelé l'Union européenne à adopter un système d'asile simplifié permettant l'identification, l'enregistrement et le traitement rapides et efficaces des nouveaux arrivants. « Cette évolution est essentielle pour garantir la protection de ceux qui en ont besoin et restaurer la confiance des populations », a-t-il fait valoir.

« Il est important d'améliorer encore les systèmes d'asile et les conditions d'accueil dans de nombreux États membres de l’UE et candidats à l'adhésion. Cela permettra de réduire la progression irrégulière des réfugiés et le recours croissant aux passeurs. Parallèlement, cela soulagera les pressions exercées sur la frontière au sud de la Hongrie. Investir dans l'intégration des demandeurs d'asile et des réfugiés doit aussi faire partie intégrante de l'équation », a indiqué Filippo Grandi.

Contacts médias:

A Genève, Cécile Pouilly, pouilly@unhcr.org, +41 79 108 26 25

A Budapest, Zsolt Balla, ballaz@unhcr.org, +36 30 587 2969