Le nombre de réfugiés sud-soudanais en Ouganda dépasse 1 million ; le HCR réitère son appel à l'aide

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, réitère aujourd’hui son appel à la communauté internationale en vue d’obtenir un soutien supplémentaire d’urgence pour la situation des réfugiés du Soudan du Sud et l’Ouganda en particulier, où le nombre de réfugiés sud-soudanais vient d’atteindre 1 million.

Au cours des 12 derniers mois, 1 800 Sud-Soudanais en moyenne sont arrivés quotidiennement en Ouganda. En plus du million de réfugiés sud-soudanais qui y sont déjà accueillis, au moins un million d’autres ont fui au Soudan, en Ethiopie, au Kenya, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine.

En Ouganda, plus de 85% de ces réfugiés sont des femmes et des enfants (âgés de moins de 18 ans). Les nouveaux arrivants continuent de témoigner de la violence barbare qui sévit au Soudan du Sud, avec des groupes armés qui incendient des maisons et les civils qui s’y trouvent, des personnes tuées sous les yeux de leurs proches, des femmes et des jeunes filles abusées sexuellement et des jeunes garçons enlevés pour la conscription forcée.

Compte tenu des arrivées incessantes de réfugiés par milliers, le volume d’aide que nous sommes capables de fournir se réduit drastiquement. Pour l’Ouganda, 674 millions de dollars sont nécessaires pour les réfugiés sud-soudanais cette année, mais seul un cinquième de ce montant (21%) a été reçu jusqu’à présent. La situation est à peine meilleure dans d’autres pays de la région : au total, 883,5 millions de dollars sont nécessaires pour la situation au Soudan du Sud, mais seulement 250 millions de dollars ont été reçus.

La pénurie de financements impacte désormais considérablement la capacité des organisations humanitaires de fournir une aide vitale et des services essentiels. En juin, le Programme alimentaire mondial a été contraint de réduire les rations alimentaires destinées aux réfugiés. Dans l’ensemble des installations au nord de l’Ouganda, les dispensaires sont obligés de fonctionner sans un nombre suffisant de médecins, de personnel soignant et de médicaments, tandis que, dans les écoles, les enseignants doivent faire cours devant des classes de plus de 200 élèves, souvent au plein air. De nombreux enfants réfugiés abandonnent les cours car les écoles les plus proches sont trop éloignées pour y accéder facilement.

Depuis décembre 2013, date à laquelle la crise au Soudan du Sud a éclaté à Juba, plus de deux millions de Sud-Soudanais ont fui vers les pays voisins tandis que deux millions d’autres personnes seraient déplacées à l’intérieur du pays.

Contenu multimédia du HCR

Contacts media: