Le HCR condamne les retours forcés de demandeurs d'asile camerounais au Nigéria.

Des employés du HCR et des autorités locales portent assistance à des réfugiés camerounais récemment arrivés à Obanliku, au sud-est du Nigéria - Octobre 2017.   © HCR/Jacob Pahar

Le HCR, l'agence pour les réfugiés des Nations Unies, a appris avec une grande inquiétude le retour forcé vers leurs pays d'origine de 47 ressortissants camerounais en provenance du Nigéria, et qui ont été remis aux autorités camerounaises le 26 janvier 2018.

La plupart des individus concernés avaient soumis une demande d'asile. Leur retour forcé est en violation du principe de non-refoulement qui constitue la pierre angulaire du droit international relatif aux réfugiés.

Ces retours ont été menés malgré les efforts du HCR et son engagement auprès des autorités.

Le HCR rappelle au Nigéria ses obligations en vertu du droit international et nigérian, et demande au gouvernement nigérian de s’abstenir de procéder aux retours forcés de demandeurs d'asile camerounais vers leur pays d'origine.

Nous demandons également au gouvernement camerounais de s'assurer que ce groupe d'individu soit traité dans le respect du droit et des normes des droits de l'homme.

 

Contacts médias​ :