HCR : Il faut assurer la protection des Rohingyas bloqués à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est préoccupé par la sécurité d'un groupe de femmes, d'hommes et d'enfants rohingyas vulnérables et originaires du Myanmar qui vivent depuis la fin août 2017 dans un « no man’s land » à proximité de la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh. Le HCR suit de près l'évolution de la situation depuis que les autorités du Myanmar leur auraient donné l'ordre de quitter cette zone. 

Le HCR réaffirme le droit de tous les individus à chercher asile de même qu'à exercer leur droit de rentrer chez eux lorsqu'ils jugent que le moment et les circonstances le permettent. Les personnes qui ont fui la violence dans leur pays doivent bénéficier de sécurité et de protection, et toute décision de retour doit être librement consentie et s’effectuer sur la base d’un choix libre et éclairé.

Le HCR rappelle également que les conditions ne sont pas encore propices au retour des réfugiés rohingyas. Les causes de leur fuite n'ont pas été résolues et nous n'avons toujours pas constaté de progrès concrets visant à répondre au déni de leurs droits. Il est essentiel de mettre en œuvre les conditions permettant de remédier à ces causes et de favoriser leur rapatriement volontaire et viable. 

À cet effet, le HCR réitère sa demande au Gouvernement du Myanmar afin qu'il autorise l'accès humanitaire du HCR et de ses partenaires à l'ensemble de l'État de Rakhine. Cet accès sera essentiel pour promouvoir la coexistence entre toutes les communautés, appuyer le Gouvernement dans son engagement à mettre en œuvre les recommandations de la Commission consultative sur la situation dans l'État de Rakhine (RAC), et permettre au HCR d'assurer le suivi des conditions de protection, de fournir une information indépendante aux réfugiés et d'accompagner les rapatriements au fur et à mesure qu’ils se dérouleront.

Au Bangladesh, le Gouvernement et la population continuent généreusement d'accueillir les réfugiés ainsi que de leur assurer protection et assistance. Près de 700 000 réfugiés sont arrivés dans le pays en quête de sécurité depuis l'éclatement des violences au nord de l'État de Rakhine à la fin août 2017.