Le chef du HCR Filippo Grandi se félicite de la décision espagnole d'autoriser l'Aquarius à accoster

Des survivants secourus en Méditerranée par l'Aquarius, un navire de recherche et sauvetage qui est géré par les ONG Médecins Sans Frontières et SOS Méditerranée.

Des survivants secourus en Méditerranée par l'Aquarius, un navire de recherche et sauvetage qui est géré par les ONG Médecins Sans Frontières et SOS Méditerranée.   © Karpov/SOS MEDITERRANEE

GENÈVE — La décision prise aujourd'hui par le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez d’autoriser, à titre exceptionnel, l'Aquarius, un navire de secours et sauvetage, à accoster dans son pays est courageuse et bienvenue. Elle met un terme à une situation devenue de plus en plus difficile et intenable pour l'équipage de l'Aquarius et pour plus de 600 rescapés qui se trouvaient à son bord.

Indépendamment des choix des pays européens en matière de gestion de leurs frontières maritimes, le principe du secours en mer est de ceux qui ne devraient jamais être remis en cause. Je serais heureux de débattre des dispositifs d’opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée avec les gouvernements concernés afin d’éviter que la situation dans laquelle s'est trouvé l'Aquarius ne se reproduise.

Le HCR est prêt, comme toujours, à travailler avec les pays d'Europe et de la Méditerranée, pour veiller à ce que le sauvetage de vies humaines et le maintien de l'asile restent nos priorités partagées. 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :