Le HCR déplore le meurtre de l'un de ses employés dans l'est de la RDC

Rocky Kalume Makabuza est mort à Goma au Nord-Kivu, après avoir été blessé par balles à l'estomac dans une attaque contre sa maison par des assaillants non identifiés.

Une installation accueillant des personnes déplacées internes dans la région de Rutshuru, province du Nord-Kivu. Rocky travaillait dans cette zone en tant que fonctionnaire du HCR en charge de la sécurité sur le terrain.   © MONUC/MarieFrechon

GENÈVE, 21 mai (HCR) - Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a exprimé sa grande tristesse face à l'assassinat d'un membre du personnel du HCR qui est décédé samedi matin à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo. M. Rocky Kalume Makabuza avait été blessé par balles à l'estomac lors d'une attaque - commise par des personnes non identifiées au cours de la soirée précédente - à son domicile de Goma vers 20h45, heure locale.

Rocky, qui était âgé de 38 ans, était fonctionnaire du HCR en charge de la sécurité sur le terrain, au bureau du HCR à Rutshuru, au nord de Goma. Il a été emmené à l'hôpital après la fusillade mais il a succombé à ses blessures. Ni l'identité de ses agresseurs, ni les motifs de l'attaque n'ont été établis pour le moment.

« Je déplore le meurtre d'un collègue et je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances à sa famille. Nous ne savons pas qui est responsable de sa mort, ni pourquoi ils l'ont attaqué. J'espère que les autorités feront leur possible pour enquêter sur cette tragédie et traduire en justice les responsables », a déclaré le chef du HCR.

Rocky travaillait pour le HCR depuis 2009. Il laisse derrière lui sa femme et ses trois enfants.

Son décès survient dans une période d'instabilité dans le Nord-Kivu, où des combats ces dernières semaines entre les forces gouvernementales et les troupes rebelles ont forcé un grand nombre à fuir leur maison. Des milliers de personnes ont trouvé refuge dans des pays voisins, au Rwanda et en Ouganda.