MMR

Profil d'opérations 2015 - Myanmar

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • De nouveaux déplacements ont été observés en 2014 avec la poursuite des affrontements entre l'armée nationale du Myanmar et des groupes non étatiques dans l'Etat de Kachin et au nord de l'Etat de Shan.

  • Le HCR fait partie de l'intervention interinstitutions face aux déplacements internes dans l'Etat de Kachin et dans le nord de l'Etat de Shan, ainsi que dans l'Etat de Rakhine, qui répond aux besoins de plus de 240 000 déplacés internes.

  • Dans l'Etat de Kachin, le Gouvernement limite l'accès des agences humanitaires aux sites des déplacés internes et les organisations d'aide doivent demander l'autorisation d'entrer dans les zones qui ne sont pas sous contrôle gouvernemental.

  • Dans l'Etat de Rakhine, la capacité des institutions humanitaires à prodiguer une assistance a été gravement restreinte par le contexte politique, alors que les conditions des déplacés internes se détériorent. Dans ce même Etat, plus de 800 000 personnes sont dépourvues de nationalité, en plus d'autres groupes potentiellement à risque dans d'autres régions du Myanmar.

  • Le HCR assiste 230 000 déplacés internes vivant dans des situations de déplacement prolongées dans des communautés choisies du sud-est du Myanmar.

  • Dans le sud-est du pays, le HCR suit également les retours de réfugiés à petite échelle depuis les camps temporaires installés le long de la frontière thaïlandaise, où près de 120 000 réfugiés originaires du Myanmar sont accueillis, et se prépare à des mouvements de rapatriement de plus grande envergure. Avec les négociations sur un cessez-le-feu engagées en 2014, les perspectives de retour pourraient s'accroître, même si les conditions d'un rapatriement demeurent périlleuses.

Personnes relevant de la compétence du HCR

Les principaux groupes de personnes relevant de la compétence du HCR au Myanmar en 2015 comprennent des personnes dépourvues de citoyenneté, des déplacés internes, des réfugiés, des rapatriés et des communautés hôtes.

En 2012, la violence dans l'Etat de Rakhine a forcé près de 140 000 personnes à abandonner leur foyer. La majorité vivent dans des camps de déplacés internes désignés par le Gouvernement près de la capitale de l'Etat, Sittwe, et dans des municipalités avoisinantes.

Plus de 100 000 déplacés internes se trouvant dans l'Etat de Kachin et au nord de l'Etat de Shan ont besoin d'une assistance humanitaire suivie. Ils vivent dans des camps dans les deux zones contrôlées par le Gouvernement et dans des zones sous le contrôle d'acteurs non étatiques.

Le HCR apporte également une aide aux plus de 810 000 personnes sans citoyenneté au Myanmar.

Dans le sud-est du Myanmar, le HCR épaule les communautés accueillant les quelque 230 000 déplacés internes vivant là où l'Organisation est opérationnelle.

Le Haut Commissariat se prépare aussi au retour potentiel de près de 120 000 réfugiés originaires du Myanmar qui vivent actuellement dans des camps temporaires en Thaïlande. Il prévoit d'en soutenir environ 20 000 en 2015, même si les conditions du retour ne sont pas encore suffisantes pour appuyer un rapatriement librement consenti organisé.

Chiffres HCR prévisionnels pour le Myanmar
Type de population Origine Janvier 2015 Décembre 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total 1 497 050 442 000 1 477 500 412 000
Réfugiés rapatriés durant l'année Myanmar 10 050 5 000 40 500 20 000
Déplacés internes Myanmar 587 000 312 000 514 000 264 000
Personnes apparentées à des déplacés internes Myanmar 35 000 35 000 35 000 35 000
Déplacés internes rentrés durant l'année Myanmar 55 000 30 000 78 000 53 000
Apatrides Apatrides 810 000 60 000 810 000 40 000

| Réponse |

Besoins et stratégies

Des nombres importants de déplacés internes dans les Etats de Kachin et de Rakhine continuent de vivre dans des camps. Le HCR est le chef de file du secteur pour la protection. Dans le cadre de la réponse interinstitutions, il dirige également le module des abris, de la coordination des camps et de la gestion des camps, ainsi que celui des articles non alimentaires.

Dans l'Etat de Rakhine, l'espace humanitaire est sévèrement limité et les activités de secours essentiels se sont heurtées à de graves difficultés. La situation de la plupart des déplacés internes s'est détériorée en 2014, particulièrement la couverture sanitaire et les distributions d'articles non alimentaires. Au début de 2014, les locaux et entrepôts des Nations Unies et de la plupart des ONG internationales ont été attaqués et saccagés.

A plusieurs reprises, la réponse interinstitutions dans l'Etat de Rakhine a insisté sur la nécessité de solutions durables pour les déplacés internes. Actuellement, le Gouvernement continue d'appliquer une politique qui prévoit la séparation physique des communautés en conflit ce qui limite les efforts de réconciliation ou l'espace pour soutenir la coexistence.

Plus de 100 000 déplacés internes vivent dans l'Etat de Kachin et au nord de l'Etat de Shan. En 2014, la poursuite des affrontements entre l'armée nationale du Myanmar et les acteurs non étatiques dans l'Etat de Kachin et dans le nord de l'Etat de Shan a provoqué de nouveaux déplacements et rendu nécessaire une intervention d'urgence. La réponse interinstitutions dépend du Gouvernement du Myanmar qui doit autoriser les organismes à avoir accès aux déplacés internes dans les zones sous le contrôle de l'Organisation pour l'indépendance kachin (KIO). Par conséquent, seules des missions ponctuelles sont entreprises dans ces régions, ce qui limite les interventions.

En 2015, le HCR poursuivra ses activités de protection et apportera un soutien en matière d'abris, d'activités de coordination des camps et de gestion des camps, et de besoins en articles non alimentaires pour les Etats de Kachin et de Rakhine. L'ampleur du soutien offert dépendra de l'évolution de la situation dans les zones d'opération, particulièrement de l'accès aux populations.

Dans le sud-est du Myanmar, le HCR continue d'assurer le suivi des retours pour identifier la destination des réfugiés qui regagnent le Myanmar. Le but est de dessiner un profil des zones où les interventions pourront être planifiées si l'échelle des retours s'accroît, ce qui permettrait à l'Organisation de répondre une fois que les retours spontanés augmenteront. La planification des retours est en cours, avec notamment des consultations avec les réfugiés originaires du Myanmar sur la frontière thaïlandaise.

| Mise en oeuvre |

Coordination

Si ses principaux partenaires au Myanmar demeureront le ministère de l'Immigration et de la population et le ministère du Progrès des zones frontalières, des ethnies nationales et des questions de développement, le HCR participe également activement à l'Equipe humanitaire dans le pays. Dans les Etats de Kachin et Rakhine, il continuera de diriger le secteur de la protection et sera le chef de file des modules des abris, des articles non alimentaires ainsi que de la coordination des camps et de la gestion des camps. Le HCR dirige également le secteur de la protection au niveau national, qui comprend des institutions des Nations Unies, des ONG internationales et plusieurs autres organismes, notamment des organisations nationales, et il s'emploie à faire connaître les problèmes relatifs à la protection, afin de permettre une réponse efficace.

2015 Partenaires du HCR - Myanmar
Partenaires d'exécution
ONG : Bridge Asia Japan, Community and Family Services International, Conseil danois pour les réfugiés, Fédération luthérienne mondiale, Kachin Baptist Convention, Karuna Myanmar Social Services - Bhamo, Karuna Myanmar Social Services - Myitkyina, Malteser Hilfsdienst - Allemagne, Marie Stopes International, Première Urgence - Aide Médicale Internationale, Shalom (Nyein) Foundation, Société de la Croix-Rouge du Myanmar
Partenaires opérationnels
Organismes gouvernementaux : Ministère de l'Immigration et de la population, Ministère de la Protection sociale, des secours et de la réinstallation, Ministère du Progrès des zones frontalières, des ethnies nationales et des questions de développement
ONG : Action contre la faim, Comité international de secours, Conseil norvégien pour les réfugiés, International Medical Corps, Médecins Sans Frontières - Pays-Bas et Suisse, Metta Development Foundation, Oxfam, Relief International, Solidarités Internationales, Trócaire, World Vision
Autres : BCAH, Cabinet d'avocats PEACE, CICR, FNUAP, Myanmar Relief Foundation, OIM, OMS, Organisation internationale de droit du développement, PAM, PNUD, UNICEF

| Informations financières |

Le budget de l'opération du HCR au Myanmar augmente depuis 2012, année au cours de laquelle le cessez-le-feu entre l'armée du Myanmar et la KIO a été violé.

L'intérêt accru que le retour suscite chez les réfugiés exige des estimations budgétaires qui couvrent les éventuelles activités, si les conditions étaient jugées propices. Un soutien financier substantiel pourrait être requis en 2015 pour prendre en charge la réparation et l'entretien des abris dans les Etats de Rakhine et Kachin. Compte tenu de ce qui précède, le budget 2015 pour le Myanmar est fixé à 67,8 millions de dollars E.-U.

Source: HCR Appel global 2015 (actualisation)