IRN

Profil d'opérations 2015 - République islamique d'Iran

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • En dépit du retour librement consenti de centaines de milliers de réfugiés afghans et iraquiens dans leur pays d'origine au cours des dix dernières années, la République islamique d'Iran continue d'être le pays d'accueil de l'un des groupes de réfugiés les plus importants et les plus anciens au monde.

  • Entre janvier 2002 et juin 2014, le HCR a aidé 918 263 Afghans à rentrer chez eux de leur plein gré à partir de la République islamique d'Iran. Depuis 2003, un total de 30 349 réfugiés iraquiens ont reçu une assistance au rapatriement librement consenti. Néanmoins, le nombre de personnes qui sont rentrées en 2013-2014 est plus faible que les années précédentes, ce qui rend nécessaire de reconduire l'assistance prodiguée.

  • Le ralentissement économique mondial, le retrait des subventions et l'intensification des sanctions internationales ont causé une hyperinflation, compromis la prestation des services essentiels et abouti à une hausse spectaculaire du coût de la vie en République islamique d'Iran. Près de 24 pour cent des réfugiés enregistrés sont jugés vulnérables, un taux qui devrait augmenter en raison de la situation économique.

  • Les sanctions continuent également à avoir des répercussions négatives sur la capacité du HCR à prodiguer une assistance humanitaire de manière efficace et ponctuelle. Les taux d'inflation élevés ont des conséquences de taille pour les opérations et les partenaires.

  • Le Gouvernement de la République islamique d'Iran joue un rôle actif dans la Stratégie de solutions pour les réfugiés afghans. Cette stratégie encourage une approche globale pour renforcer les perspectives de retour durable et parvenir à une solution permanente pour la situation de réfugiés prolongée.

  • Le Gouvernement a un rôle actif dans les programmes nationaux pour les réfugiés, par le truchement de ses ministères. Des organisations semi-gouvernementales et des sociétés caritatives apportent un soutien complémentaire.

Personnes relevant de la compétence du HCR

Les principales populations relevant de la compétence du HCR en 2015 en République islamique d'Iran comprennent les réfugiés afghans, dont la majorité est arrivée avant 2001 comme réfugiés prima facie. Près de 97 pour cent des réfugiés du pays vivent dans des zones rurales et urbaines, alors que trois pour cent seulement se trouvent dans des zones d'installation. Après le vaste programme d'enregistrement complet des réfugiés en 2001, tous les demandeurs d'asile afghans doivent se soumettre à titre individuel à la procédure gouvernementale de détermination du statut de réfugié.

Les réfugiés iraquiens relèvent également de la compétence du HCR, la plupart ayant été enregistrés en 2002 comme réfugiés prima facie. Les nouveaux demandeurs d'asile iraquiens sont désormais tenus de passer à titre individuel par la procédure gouvernementale de détermination du statut de réfugié. La majorité des réfugiés iraquiens nouvellement arrivés sont originaires du centre de l'Iraq.

Chiffres HCR prévisionnels pour la République islamique d'Iran
Type de population Origine Janvier 2015 Décembre 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total 982 120 982 120 982 120 982 120
Réfugiés Afghanistan 950 000 950 000 950 000 950 000
Iraq 32 000 32 000 32 000 32 000
Pakistan 10 10 10 10
Pays divers 60 60 60 60
Demandeurs d'asile Afghanistan 40 40 40 40
Pakistan 10 10 10 10

| Réponse |

Besoins et stratégies

L'Organisation s'efforcera d'étayer l'espace d'asile du pays en épaulant le Gouvernement et elle s'emploiera à consolider le capital humain des réfugiés en préparation d'un retour durable dans leur pays d'origine ou d'un départ dans un pays tiers.

Le programme porte essentiellement sur la santé, l'éducation, les activités créatrices de revenus et les solutions durables. Par conséquent, les projets doteront les réfugiés des moyens de reconstruire l'Afghanistan et faciliteront leur réintégration après leur retour. La mise en oeuvre d'initiatives transfrontalières aidera à hiérarchiser les projets et les initiatives, de façon à relever leur impact.

Le HCR multipliera ses interventions dans les zones urbaines, où résident les réfugiés les plus vulnérables. Les interventions futures dans les zones d'installation tiendront compte de l'urgence de l'assistance, de son rapport coût-efficacité et des préoccupations de protection. Elles seront rationalisées pour veiller à ce que l'assistance ne devienne pas une force d'attraction qui augmente la population, mais bien qu'elle serve à améliorer le niveau de vie des résidents existants et favorise la coexistence pacifique avec les communautés hôtes.

| Mise en oeuvre |

Coordination

Le Bureau des étrangers et de l'immigration, qui assume la responsabilité globale de la coordination des questions relatives aux réfugiés, en coopération avec d'autres ministères compétents, demeure le principal partenaire du HCR pour la mise en oeuvre des activités et la coordination avec d'autres parties prenantes.

Le Haut Commissariat continuera de collaborer avec le PAM pour apporter son appui aux réfugiés vulnérables dans les sites d'installation.

Le HCR s'efforce de mettre en oeuvre des projets relatifs aux moyens d'existence avec l'ONUDI, l'Organisation de formation technique et professionnelle, l'Organisation de gestion des forêts, des pâturages et des bassins hydrographiques, la Nippon International Cooperation for Community Development et la World Relief Foundation.

Parallèlement, le ministère de l'Education restera le principal partenaire du HCR concernant l'éducation ; néanmoins, les activités seront également mises en oeuvre conjointement avec l'UNICEF et des ONG.

Comme à l'accoutumée, le ministère de la Santé sera un acteur clé pour assurer des services de santé ; cependant, des activités pour les personnes relevant de la compétence du HCR et ayant des besoins spécifiques continueront de faire appel à d'autres partenaires d'exécution comme l'Organisation de défense des victimes de violences, l'Organisme national d'aide sociale d'Iran, l'Association de protection des femmes et enfants réfugiés, la Society for Recovery Support et l'Iraqi Refugee Aid Council.

2015 Partenaires du HCR - République islamique d'Iran
Partenaires d'exécution
Organismes gouvernementaux : Bureau des étrangers et de l'immigration (Ministère de l'Intérieur), Ministère de l'Education, Ministère de la Santé, Organisation de formation technique et professionnelle, Organisation de gestion des forêts, des pâturages et des bassins hydrographiques (Ministère de l'Agriculture), Organisme national d'aide sociale d'Iran
ONG : Association pour la protection des femmes et enfants réfugiés, Chain of Hope, Iraqi Refugee Aid Council, Kowsar Scientific and Cultural Foundation, Nippon International Cooperation for Community Development, Organisation de défense des victimes de violences, Rebirth Charity Organization, Société pour la protection des enfants souffrant du cancer, Society for Recovery Support, World Relief Foundation
Autres : ONUDI, UNOPS
Partenaires opérationnels
ONG : Association for Protection of Child Labourers, Conseil danois pour les réfugiés, Conseil norvégien pour les réfugiés, Humanitarian Ambassadors Organisation, International Consortium for Refugees in Iran, Organisation caritative Behnam Daheshpour, Relief International
Autres : FNUAP, OIM, PAM, PNUD, UNESCO

| Informations financières |

Ces cinq dernières années, le budget du HCR en République islamique d'Iran a augmenté progressivement pour mieux répondre aux besoins des réfugiés afghans et iraquiens. En 2015, le budget de l'opération s'élève à 73 millions de dollars E.-U., soit 6,3 pour cent (4,3 millions de dollars E.-U.) de plus qu'en 2014.

Source: HCR Appel global 2015 (actualisation)