SSD

Profil d'opérations 2015 - Soudan du Sud

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • Depuis que le conflit a éclaté au Soudan du Sud en décembre 2013, l'insécurité permanente, ajoutée à des difficultés logistiques dues à de fortes pluies, a entravé la fourniture de vivres et autres produits de première nécessité. L'accès aux populations déplacées a été restreint et les réfugiés ont été confrontés à de graves problèmes de protection. Le personnel humanitaire a lui aussi été exposé à des risques accrus. En août 2014, six travailleurs humanitaires ont été tués dans une région du comté de Maban accueillant des réfugiés.

  • La multiplicité des éléments armés dans tout le Soudan du Sud a rendu extrêmement difficile le rétablissement du caractère civil des camps de réfugiés dans le nord et le nord-est du pays. Elle a également impacté l'environnement de protection en nuisant au maintien de l'ordre dans les camps et les sites d'installation de réfugiés, ainsi que dans les communautés des alentours.

  • Dans certaines régions, la pénurie de ressources a engendré des tensions et des luttes entre les réfugiés et les communautés d'accueil. Les besoins de ces dernières doivent faire l'objet d'une attention accrue pour favoriser la coexistence pacifique et éviter ainsi de nouveaux déplacements des réfugiés et une plus grande instabilité dans les régions frontalières.

  • L'insécurité et les difficultés d'accès ont nécessité le transport des marchandises et du personnel humanitaire par voie aérienne, entraînant une hausse des coûts de l'assistance et des services offerts aux réfugiés et aux déplacés internes. La crise a également contrecarré les projets qui visaient à améliorer les conditions de vie dans les camps de réfugiés en transformant les structures d'urgence en constructions plus durables et mieux organisées.

  • La population civile sud-soudanaise dans son ensemble est touchée par le conflit qui avait déjà déraciné 1,4 million de personnes à la fin septembre 2014. La violence permanente risque également de précipiter le pays dans la famine, puisque des millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire et de malnutrition à des degrés divers du fait des déplacements forcés qui les empêchent de planter, cultiver et récolter de quoi se nourrir.

Personnes relevant de la compétence du HCR

A la mi-2014, le Soudan du Sud accueillait plus de 250 000 réfugiés originaires d'Ethiopie, de République centrafricaine (RCA), de République démocratique du Congo (RDC) et du Soudan. Parmi eux se trouvaient plus de 220 000 réfugiés soudanais venus des régions du Nil bleu et du Kordofan méridional, qui dépendaient principalement de l'aide humanitaire pour leur survie.

Les réfugiés en provenance d'Ethiopie, de RCA et de RDC vivent pour la plupart dans les Etats relativement stables de l'Equatoria central, oriental et occidental, et n'ont pas été exposés au même niveau de violence et d'insécurité que les réfugiés soudanais et les déplacés internes.

A la mi-2014, le pays comptait également plus de 1,4 million de déplacés internes chassés par le conflit qui a éclaté à Djouba en décembre 2013. La violence qui s'est répandue dans une grande partie du pays a principalement touché l'Etat du Jonglei, ainsi que les Etats de l'Unité et du Haut-Nil où résident la majorité des déplacés internes et des réfugiés soudanais. Près de 10 pour cent des déplacés internes sont regroupés dans les neuf sites de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), mais l'écrasante majorité d'entre eux vivent dans des lieux reculés et souvent inaccessibles.

Chiffres HCR prévisionnels pour le Soudan du Sud
Type de population* Origine Janvier 2015 Décembre 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par
le HCR
Total 1 400 150 590 150 1 568 650 508 650
* Le HCR poursuit également son action de prévention de l'apatridie suite à l'indépendance du Soudan du Sud en 2011. L'Organisation aidera les personnes menacées d'apatridie à confirmer leur identité et leur nationalité sud-soudanaise par des campagnes de délivrance de documents d'état civil et/ou d'information.
Réfugiés Rép. dém. du Congo 15 600 15 600 17 600 17 600
Ethiopie 6 500 6 500 7 000 7 000
Soudan 245 500 245 500 266 300 266 300
Pays divers 2 200 2 200 2 700 2 700
Demandeurs d'asile Pays divers 50 50 50 50
Réfugiés rapatriés durant l'année Soudan du Sud 300 300 25 000 25 000
Déplacés internes Soudan du Sud 1 000 000 300 000 1 000 000 110 000
Personnes apparentées à des déplacés internes Soudan du Sud 110 000 10 000 110 000 10 000
Déplacés internes rentrés durant l'année Soudan du Sud 20 000 10 000 140 000 70 000

| Réponse |

Besoins et stratégies

Le HCR continuera d'encourager le Soudan du Sud à signer et à ratifier les conventions et traités internationaux relatifs à la protection des réfugiés et à la prévention de l'apatridie. L'Organisation bénéficie du soutien de la Commission pour les affaires de réfugiés, qui a établi une présence active sur le terrain dans les Etats de l'Unité et du Haut-Nil où résident les réfugiés soudanais.

En 2015, la tâche du HCR au Soudan du Sud consistera avant tout à répondre aux besoins des réfugiés soudanais accueillis dans les camps. Sa priorité générale sera de consolider les structures d'urgence dans tous les camps et d'améliorer les services dans le domaine des abris, de la santé, de l'éducation, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, afin de relever les normes actuelles. En matière de protection, l'Organisation s'attachera à préserver le caractère civil des sites d'installation des réfugiés, à améliorer l'accès à l'éducation et la qualité de l'enseignement pour prévenir le recrutement et le travail des enfants, à renforcer le suivi de la violence sexuelle et sexiste et la prise en charge des victimes, à harmoniser l'accès à l'assistance pour les personnes ayant des besoins spécifiques à promouvoir la coexistence pacifique entre les réfugiés et les communautés d'accueil et à renforcer la capacité des pouvoirs publics à répondre aux besoins de protection des réfugiés.

Pour les réfugiés non soudanais accueillis dans des camps ou des sites d'installation, le HCR s'efforcera d'assurer les services essentiels, l'autosuffisance et l'identification de solutions durables. Il continuera également de dispenser une protection et des services essentiels aux réfugiés urbains et favorisera la distribution de cartes d'identité. Le rapatriement librement consenti des réfugiés sera facilité dans la mesure du possible, et des activités communautaires seront mises en oeuvre pour les réfugiés et les déplacés de retour dans leur lieu d'origine, afin de permettre une réintégration facile et durable.

Afin de prévenir l'apatridie, l'Organisation aidera le Gouvernement à traiter les demandes de documents d'identité et de nationalité.

En ce qui concerne les déplacés internes, le HCR, en tant que membre de l'équipe de pays pour l'action humanitaire, prendra la direction ou une part active dans les interventions menées dans le domaine de la protection, de la coordination et de la gestion des camps, ainsi que des abris et des articles non alimentaires. Il ciblera les personnes les plus vulnérables, notamment celles installées en dehors des sites de protection des civils.

| Mise en oeuvre |

Coordination

Le HCR reconduira ses partenariats stratégiques et opérationnels pour offrir protection et assistance aux réfugiés, aux déplacés internes et aux personnes de retour dans leur région d'origine.

En ce qui concerne les déplacés internes, le HCR restera chef de file du module de la protection, en partageant cette responsabilité avec le Conseil norvégien pour les réfugiés, et continuera à conduire le module de la coordination et de la gestion des camps avec l'OIM et ACTED, tout en appuyant le module des abris et des articles non alimentaires placé sous l'égide de l'OIM. Par ailleurs, l'Organisation continuera à effectuer des évaluations et des plaidoyers, à procéder à l'enregistrement des enfants séparés et non accompagnés et à assurer un suivi en matière de protection aux côtés d'autres organismes, du Gouvernement, du BCAH, des missions diplomatiques et de la MINUSS.

Dans ses interventions en faveur des réfugiés, le HCR coordonne activement ses actions avec celles de différentes organisations, tirant parti de leur expertise technique et de l'approvisionnement en fournitures d'urgence.

2015 Partenaires du HCR - Soudan du Sud
Partenaires d'exécution
Organismes gouvernementaux : Commissaire aux affaires de réfugiés, Commission sud-soudanaise de lutte contre le sida, Direction de la nationalité
ONG : Action Africa Help International, African Humanitarian Action, Agence d'aide à la coopération, Association of Christian Resource Organizations Serving Sudan - Royaume-Uni, Care - Soudan du Sud, Comité international de secours, Conseil danois pour les réfugiés, Conseil norvégien pour les réfugiés, Fédération luthérienne mondiale, Health Link - Soudan du Sud, Human Development Council, IBIS - Italie, International Medical Corps, Non-violent Peace Force, Samaritan's Purse - Etats-Unis, Save the Children Fund, Vision du monde - International
Autres : UNOPS, VNU
Partenaires opérationnels
Organismes gouvernementaux : Ministère de l'Intérieur et de la Conservation de la faune
ONG : Médecins sans Frontières (France, Belgique, Espagne et Pays-Bas), CAFOD, Relief International, Medair, Mentor, Oxfam
Autres : BCAH, FAO, FNUAP, MINUSS, OIM, ONU-Habitat, ONUSIDA, PAM, PNUD, SLAM, UNICEF

| Informations financières |

En 2013, le total des besoins financiers de l'opération du HCR au Soudan du Sud s'élevait à 220,1 millions de dollars E.-U. Initialement fixé à 230,1 millions de dollars E.-U., le budget global pour 2014 a toutefois été révisé pour répondre aux besoins supplémentaires et atteignait déjà 424,3 millions de dollars E.-U. en juin 2014.

Pour 2015, les besoins financiers de l'opération ont été estimés à 342,6 millions de dollars E. U. Ils reflètent la nécessité d'apporter de toute urgence une assistance vitale à un nombre croissant de déplacés internes, ainsi que de répondre aux besoins des réfugiés accueillis par les autorités et la population du Soudan du Sud.

Il est probable qu'un appel supplémentaire sera lancé pour faire face à la situation au Soudan du Sud dans le courant de l'année 2015.

Source: HCR Appel global 2015 (actualisation)