Situation en République centrafricaine

La République centrafricaine est l'un des pays les plus pauvres au monde.

Le pays est secoué par des troubles depuis des décennies, mais le coup d'État mené par les rebelles séléka pour chasser le Président en mars 2013 a plongé la population déjà vulnérable dans la crise.

DONNEZ MAINTENANT

481 350

réfugiés centrafricains


503 600

déplacés à l'intérieur de la Rép. centrafricaine


Toutes les statistiques  

Données actualisées au 30 juin 2017


J’ai tout perdu : ma maison, ma chair, mon identité. Mes enfants dorment par terre.

Zainaba
veuve et mère de quatre enfants, tous déplacés à Bangui

En décembre 2013, des centaines de milliers de personnes ont été forcées de fuir leurs foyers quand les violences ont éclaté en République centrafricaine (RCA), des militants tuant brutalement des civils, pillant des maisons et incendiant des villages. Aujourd’hui, plus de 450 000 réfugiés centrafricains sont toujours à l’abri au Cameroun, au Tchad, en République Démocratique du Congo et au Congo et malgré des élections pacifiques en février 2016, plus de 415 000 personnes sont toujours déplacées à l’intérieur du pays.

L’amorce de transition vers la paix et la stabilité a de nouveau viré au chaos mi-juin 2016, lorsque les affrontements entre l’alliance des ex-Séléka et les milices anti-balaka se sont encore intensifiés dans le nord-ouest de la RCA. La reprise des combats a terrorisé près de 30 000 personnes à l’intérieur du pays et poussé environ 6 000 femmes, enfants et personnes âgées à trouver refuge au sud du Tchad et au Cameroun.

Beaucoup ont fui sans rien – ils n’ont ni argent, ni nourriture, pas même un matelas pour dormir.

Fatoumata Lejeune-Kaba
HCR

Des milliers de personnes ont erré à pied et se sont cachées dans les forêts pendant des semaines, cherchant désespérément à fuir, parfois sans manger ni boire. Ceux qui arrivent dans les sites pour réfugiés sont souvent traumatisés par les violences dont ils ont été témoins et les taux de malnutrition ont atteint des niveaux très élevés.

Dans cette crise qui est l’une des urgences les moins bien financées dans le monde, beaucoup de personnes ne bénéficient même pas d’une assistance de survie. Les principales préoccupations des réfugiés qui vivent en dehors des camps officiels et des communautés qui les accueillent sont la nourriture, la santé, les abris, l’eau et l’assainissement.

Le HCR et ses partenaires ont réitéré leurs appels auprès des donateurs pour qu’ils augmentent leur soutien aux programmes en RCA et dans les pays voisins.